Jeudi 17 Octobre, 2019

Nouvelle journée de manifestations prévue ce vendredi 20 septembre

Journée nationale de mobilisation contre le pouvoir en place prévue le 20 septembre dans la capitale et dans tous les principaux départements du pays./Loop Haiti-Luckenson.

Journée nationale de mobilisation contre le pouvoir en place prévue le 20 septembre dans la capitale et dans tous les principaux départements du pays./Loop Haiti-Luckenson.

L’opposition politique organise, vendredi 20 septembre, une nouvelle journée de mobilisation dans la capitale pour exiger le départ du président Jovenel Moïse et pour marquer l’anniversaire de Jean-Jacques Dessalines, premier chef d’État de la nation haïtienne.

Depuis plus d’une semaine, une grève pour dénoncer la rareté du carburant est observée á travers le pays et les colères grondent contre le manque de leadership des actuels responsables de l'Etat. Depuis lundi, des chauffeurs de motocyclettes et d'autres membres de la population ont bloqué les rues, dressé des barricades de pneus enflammés dans la capitale et dans d'autres villes de province. Des jets de pierres ont aussi été enregistrés.

L’opposition politique, dans cette situation de troubles occasionnée par la pénurie des produits pétroliers dans le pays, lance une journée nationale de mobilisation contre le pouvoir en place et pour pousser le chef de l’État à la démission. Le Secteur Démocratique et populaire et autres alliés dont la plateforme Pitit Dessalines, occuperont le béton vendredi 20 septembre pour dénoncer les dérives au sein de l’appareil étatique, exprimer leur colère face à la crise sociale qui touche toutes les couches, en particulier les plus défavorisées.

André Michel, contacté par la rédaction ce jeudi après-midi, confirme la tenue de cette nouvelle journée de manifestations qui rassemblera, un peu partout dans le pays, toutes les forces de l’opposition dont AAA, Mouvement Troisième Voie (MTV), Pitit Dessalines, MOPOD, les sénateurs et députés de l’opposition, etc.

Cette manifestation coïncide avec l’anniversaire de naissance de l’empereur de la nation haïtienne, Jean-Jacques Dessalines qui, à sa prise du pouvoir au lendemain de l’indépendance haïtienne en 1804, « portait un projet à trois axes », soutient Me Michel. Construction d’un État fort, intégration sociale des masses défavorisées, défense de la souveraineté nationale.

« Ce projet a été stoppé et interrompu suite à son assassinat », poursuit-il. Plus de deux cent ans après, ce projet souffre encore dans les tiroirs de l’oubli. Les manifestants exigeront, demain, la construction de cet État fort, capable de défendre les intérêts nationaux et le respect de la souveraineté trop longtemps piétinée. Par ailleurs, la lutte pour le procès Petrocaribe, le massacre de La Saline, la corruption, les dérives au sein de l’administration publique, ainsi que d’autres dossiers politiques brulant seront aussi inscrits dans la liste des revendications.

Il faut aussi rappeler que le dernier dossier en date, l'affaire de surfacturation de chèvres impliquant le Premier ministre nommé Fritz William Michel, sera à l'ordre du jour. Des militants envisagent même d'apporter, dans les rues, des chèvres en vue de dénoncer la nomination de Michel au poste de chef de gouvernement..

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :