Samedi 15 Décembre, 2018

Le système sanitaire haïtien perd de plus en plus de professionnels

Crédit photo: Radio Canada

Crédit photo: Radio Canada

Depuis 2000 sur les 425 sages-femmes formées par l’école nationale des sages-femmes, rebaptisée Institut supérieur de formation des sages-femmes, seulement 207 exercent en Haïti, soit un taux de déperdition d’environ 50%, révèle le Nouvelliste. Ce qui est grave dans un pays ayant le taux le plus élevé de mortalité materno-infantile de tout l’hémisphère.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), accoucher à domicile augmente de trois fois plus le risque de perdre sa vie et celle de son enfant et pourtant, en Haïti, environ 2/3 des accouchements se font sans l’assistance d’un professionnel.

La présidente de l’Association des infirmières sages-femmes d’Haïti (AISFH),  Marie Juliana François Joseph, pour sa part pense que c’est l’absence de politique d’intégration dans le système sanitaire qui pousse les sages femmes sous d’autres cieux. « Il y a très peu de sages-femmes dans le secteur privé. La première raison, parce que la profession est mal connue » déplore-t-elle. Celles qui sont engagées par l’Etat travaillent dans des conditions difficiles.

Le pays aurait besoin de 2 590 sages-femmes pour résoudre le problème du taux le plus élevé de mortalité maternelle et infantile, soit 350 morts pour 100 000 naissances.

Saonha Lyrvole Jean Baptiste


Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone :

Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store : http://bit.ly/1HHj2Uu

Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store : http://apple.co/2e3q1Lk 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :