Samedi 7 Décembre, 2019

Nice Simon: «Je lui ai demandé de m’emmener à l’hôpital, il a dit NON»

Nice Simon, en conférence de presse ce mercredi pour parler de son agression par son conjoint/ Photo et vidéos: Luckenson Jean

Nice Simon, en conférence de presse ce mercredi pour parler de son agression par son conjoint/ Photo et vidéos: Luckenson Jean

La mairesse de Tabarre Nice Simon a confié ce matin en conférence de presse, qu'après avoir été brutalement rouée de coups le 1er octobre par son conjoint, elle l'a supplié de l’emmener à l’hôpital, mais Yves Léonard a dit « Non ».

La  voix pleine de sanglots, le visage et le corps maculé de coups, Nice Simon a rencontré la presse ce mercredi 3 octobre pour raconter ce qu'elle a vécu le jour de son agression. Dans une ambiance de protestation, des citoyennes et citoyens se sont invités à l'événement pancartes en mains pour dénoncer Yves Léonard et exiger son arrestation.

Plusieurs membres d’organisations de femmes déplorent les actes d’agressions physiques dont a été victime la mairesse de Tabarre. Soutenue par une cohorte de manifestants, de Marie-Yolène Gilles, de Jude Edouard Pierre, de la sénatrice du Nord Dieudonne Luma Etienne, Nice Simon tentait de reconstituer les faits et situe l’affaire dans un cadre purement « politique ».

Elle signale que ce n’était pas un conflit entre conjoints et confie avoir été séquestrée par le père de son garçon de 2 ans. Son cellulaire portable a été confisqué, rapporte-elle en présence d'un parterre de journalistes. « Pourquoi ce n’est que maintenant vous portez plainte contre un homme qui prenait l’habitude de vous tabasser, vous gifler et vous rouer de coups ?»

« Aujourd’hui, je prends mon courage à deux bras pour que cela ne se reproduise plus jamais. De nos jours,quand les femmes sont victimes, elles font silence au lieu de porter plainte. Elles ressentent de la honte. Les victimes se sentent gênées de dénoncer,  humiliées, rabaissées », lâche-t-elle devant les caméras. « C’est à l’agresseur [Yves Leonard] d’avoir ce visage de la honte, pas moi ».

 

Mais elle fait aussi une autre déclaration troublante: « Après avoir étébrutalement rouée de coups, je lui ai demandé de m’emmener à l’hôpital. Il m’a séquestrée et a dit NON. Craignant le pire, Je me suis échappée par une fenêtre ».

Nice Simon a frôlé la mort pour avoir offert sa collaboration à l’ULCC dans le cadre d’une enquête sur les scandales de corruption concernant la mairie de Tabarre où des chèques auraient été utilisés pour payer de 2015 à 2016 des employés qualifiés de « spécifiques », non reconnus par l’administration. Signalons que Simon n'avait pas encore été élue mairesse durant cette période-là.

Nice Simon avait répondu, mardi 11 septembre à la convocation du parquet de la Croix-des-Bouquets, à la requête du directeur général de l’Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC), dans le cadre de cette enquête. Ce serait de là que vient la colère de son conjoint, homme dit puissant, d'ailleurs propriétaire de la maison résidentielle du président de la république.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :