Lundi 25 May, 2020

Gaëlle et ses étudiants présentent "On ne badine pas avec l’amour"

Illustration de l'affiche du spectacle "On ne badine pas avec l’amour"  Crédit Photo : ACTE

Illustration de l'affiche du spectacle "On ne badine pas avec l’amour" Crédit Photo : ACTE

L’école de formation d’acteurs et d’animateurs (ACTE) de l’humoriste Gaëlle Bien-Aimé annonce pour le 15 février, "On ne badine pas avec l’amour", une adaptation théâtrale de la célèbre pièce d’Alfred de Musset. Un spectacle pour marquer les deux ans de formation des premiers étudiants à boucler leurs études à l’ACTE.

Même après la Saint-Valentin, les amoureux pourront continuer à surprendre leurs partenaires en leur offrant des billets pour le spectacle présenté par les étudiants d'ACTE. Ce spectacle servira de cérémonie de graduation des 9 étudiants qui bouclent leur cycle d'étude dans le domaine théâtral, à cette école de théâtre fondée par l'actrice et humouriste Gaëlle Bien-Aimé. À cette occasion, ces jeunes hommes et femmes performeront dans les locaux du restaurant Yanvalou, une adaptation du classique "On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset.

Le spectacle est ouvert aux amoureux voulant fêter la Saint-Valentin autrement et en quête de sensations fortes. Le texte ‘’On ne badine pas avec l’amour" écrit en 1824 par le fameux auteur Alfred de Musset alors âgé de 24 ans, raconte l’histoire d’un Baron d'un petit village d’Île-de-France, désirant arranger un mariage entre son fils Perdican et sa nièce Camille âgés respectivement de dix-huit et vingt ans. Mais surprise, car rien ne se passe comme prévu et le rêve tant enchéri du Baron va tourner au cauchemar.

 

"Le mariage prévu fait place à un jeu cruel se défiant de l’amour, où la pureté et l’innocence sont de bien minces atouts face à l’orgueil", commente par exemple le site français Spectacle. Selon Gaëlle, metteuse en scène, l'idée de mettre en spectacle un tel classique a pour motif de représenter le rire et le théâtre, la comédie et le drame, le grand amour et la dichotomie entre les classes sociales. Une dichotomie qui, d’après l’humoriste, se rapproche de la réalité haïtienne dans ses composantes.

D'après l’auteure de "Kwonik yon Dayiva", cette pièce annoncée pour le 15 février, c'est aussi une façon de dénoncer le rapport dominant/dominé développé entre les hommes et les femmes, mais aussi le rapport superposé entre les riches les les pauvres. Elle invite les spectateurs à venir voir le spectacle pour trois raisons : « Le prix du spectacle [500 HTG], le contenu et le devoir [des Haïtiens, ndlr] de propulser les talents ». L'événement « met des jeunes haïtiens talentueux dans des rôles de personnages théâtraux », soutient-elle, fière de ses élèves.

« Ils ont préparé le spectacle pendant 1 an pour incarner les personnages et mettre l’œuvre en pratique, les invités seront ravis de voir leur prestation » explique-t-elle, confiante de la réussite de ce show conçu avec un double objectif : présenter une nouvelle promotion d’acteurs et d’actrices de l’école de formation d’acteurs et d’animateurs (ACTE), fondée en février 2018 et divertir les amoureux qui n’auront pas le temps de fêter la Saint-Valentin le 14 février.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :