Samedi 23 Juin, 2018

Mort en 2014, Leslie Manigat fait son entrée dans le dossier Guy Philippe

Une vidéo de l’ancien homme d’état, enregistrée selon Éric Jean Baptiste il y a 18 ans est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Il y a trois ans, l’ancien président d’Haïti Leslie Francois Manigat rendait l’âme. Aujourd’hui, alors que le sénateur élu Guy Philippe a été arrêté puis extradé aux Etats-Unis, l’intellectuel est redevenu populaire. En cause, une vidéo enregistrée il y a 18 ans, selon Éric Jean Baptiste, qui fait écho à un vent de nationalisme qui souffle sur les réseaux sociaux depuis la capture de Guy Philippe.

« Curieux ! Il a fallu que tu sois mort, pour que certaines de tes paroles résonnent autrement aux oreilles de tes critiques. On ne t’a fait aucun cadeau, pour répéter Franck Etienne. Leslie Francois Manigat, ce grand incompris ! #RIP #LFM » a écrit hier sur Facebook l’ancien ministre de l’éducation Nesmy Manigat avant de rajouter sur Twitter : « Il y a de ces hommes dangereux qu'on assassine de leur vivant et qu'on ressuscite qu'une fois mort. Leurs idées dérangent #LFM #Firmin etc... »

Postée samedi, le clip depuis devenu viral a été visionné plus de 125 000 fois et partagé près de 7000 fois. Certaines stations de radio l’ont aussi rediffusé.

Ci-dessous, la retranscription de cette vidéo.

« Le gouvernement n’avait pas besoin de donner un diktat à nos dirigeants actuels. Ils sollicitent les décisions étrangères. Ils attendent de l’étranger les moyens de solutions des problèmes nationaux. Comprenez bien, c’est pas seulement une démission, c’est pas seulement un ‘sousou’, non, (…), il y a une volonté d’être esclave. On vous convoque a une ambassade, le président de la république va a une ambassade recevoir des injonctions. On vous convoque à l’étranger, le président de la république va à l’étranger pour entendre les récriminations et des remontrances d’un ministre de la justice étranger.

Comprenez le bien. Ce n’est pas la dépendance qui explique ça. Beaucoup de pays sont dépendants, mais on ne les voit pas faire cela. Il faut aller au-delà, c’est l’atavisme de l’esclavage colonial qu’on retrouve dans le comportement de certains haïtiens qui considèrent que tout ce qui est bon dans le pays vient du blanc, tout dépend du blanc, tout doit provenir du blanc, c’est le blanc qui a raison. Même quand le blanc, de bonne intention, parce que moi, je ne suis pas de ceux qui accusent en disant qu’ils sont ici pour nous tuer, pour nous exterminer, je ne le pense pas. Mais je dis ceci, même avec leurs bonnes intentions, il y a des réalités du pays, auxquelles ils doivent être introduits avant de pouvoir faire les choses correctement. Le rôle de l’haïtien est capital quand il s’agit des rapports avec les étrangers.

C’est ce rôle qui s’est effacé. C’est ce rôle qui n’existe pas. C’est pourquoi, quand on parle d’ingérence, j’entends des gens parler d’ingérence, des patriotes, je souris. Car il n’y a même pas ingérence, se chwal papa nan jaden papa ».