Lundi 23 Septembre, 2019

Haïti: Monferrier Dorval plaide en faveur d’une nouvelle Constitution

Me. Monferrier Dorval

Me. Monferrier Dorval

Dans le cadre de son programme hebdomadaire baptisé "Les vendredis du BAI", le Bureau des avocats internationaux a organisé, le 16 août dernier, une causerie autour du thème : les missions de l’ordre des avocats de Port-au-Prince. L’avocat Monferrier Dorval en a été l’invité d’honneur.

Le candidat au poste de Bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Monferrier Dorval, a exposé les différentes missions du Barreau. Il s’agit, rappelle-t-il, d’une corporation d’avocats qui professent auprès d'un tribunal de première instance dans le ressort duquel ils ont établi leur cabinet. Le Barreau assure une mission de contrôle sur le fonctionnement des avocats, il les protège et veille, explique Me Dorval, au respect de l’Etat de droit dans le pays. Cette dernière attribution du Barreau n’est pas trop connue. Toutefois, Me Dorval indique que l’organe réglementant la profession d’avocats doit s’impliquer dans la vie politique du pays.

Me Monferrier Dorval, durant son intervention, en a profité pour se pencher sur des anicroches empêchant l’application de la constitution de 1987 amendée. Me Dorval reformule le vœu que la loi-mère de la nation haïtienne soit refondue. « La constitution sous l’égide de laquelle est le pays ne favorise pas le développement. Il nous faut une nouvelle constitution en vue de corriger certaines dérives dans le pays », recommande l’avocat expliquant que cette question est formulée dans la revue soumise au Barreau.

« Il faut une commission d’experts dont des sociologues, psychologues, politologues et d’autres personnes compétentes pour s’assoir sur la constitution qui sera favorable au pays » suggère Me Dorval.

En ce qui concerne la demande des députés de l’opposition de mettre en accusation du président de la République Jovenel Moïse pour violation de la Constitution, Monferrier Dorval estime que cette initiative n’aura aucun résultat. Il avance l’absence de loi portant clarification de la procédure, l’organisation et le fonctionnement de la haute cour de justice. Toutefois, il qualifie de louable l’initiative des députés demandeurs.

Par ailleurs, les responsables du bureau des avocats internationaux (BAI) en collaboration avec leur partenaire des Etats-Unis, Institute for justice and Democracy in Haïti (IJDH) informent avoir soumis le 9 août dernier, une pétition à la commission interaméricaine des droits de l’homme en vue d’appeler l’Etat haïtien à intervenir en urgence dans la situation des rescapés du massacre de La saline.

Les victimes qui sont logées sur la place d’Italie et au wharf Jérémie, vivent dans des conditions infrahumaines, rappelle le numéro 1 du BAI. Me Mario Joseph qui qualifie, lui aussi de massacre d’Etat ce qui s’est passé à La Saline, le 13 novembre 2018.Me Joseph s’interroge sur le fait que jusqu’à date le chef de l’Etat ne s’est jamais prononcé sur cette affaire.

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :