Jeudi 18 Juillet, 2019

Ce designer haïtien veut placer Haiti sur la carte du monde de la mode

« Mon rêve est de conquérir le monde de la mode comme l'a fait Yves Saint Laurent », souffle à BBC David André, designer et créateur de mode haïtien.

Des créateurs influents dans le monde de la mode en Haiti, Michel Chataigne, David André et le jeune  Vladimir Aneas, se sont confiés à la chaine BBC au cours d’un entretien accordé le samedi 7 avril. 

Sur la chaine américaine, le designer David André  exprime sa passion pour ce métier qu’il pratique depuis son enfance. David nourrissait le rêve de placer  Haïti sur la carte du monde avec ses créations. Et, ce n’est pas là sa plus grande ambition. A l’instar du créateur français Yves Saint-Laurent, David André affirme vouloir conquérir ce monde, veut être  reconnu internationalement en tant que créateur.  « Si je parviens au sommet, Haïti sera sur la carte du monde » a-t-il déclaré.

Depuis son jeune âge, Monsieur André caressait l'idée de faire carrière dans cette industrie. Ce trentagénaire   dit être inspiré  par  des personnalités dont les créations ont tâche d’huile sur la mode internationale telles Gaultier, Versace et Lagerfeld.

Si M. André affirme avoir une clientèle solide composée de jeunes professionnels de la classe moyenne haïtienne et de boutiques spécialisées, il concède toutefois que ses vêtements sont hors de la portée des Haïtiens ordinaires.  « La nouvelle génération veut bien se procurer de nouveaux vêtements, mais le faible pouvoir d'achat du public l’en empêche », a-t-il reconnu.

Pour sa part, Michel Châtaigne qui s'est aussi fait un nom bien au-delà de sa terre natale, a mis beaucoup plus d’accent sur la sixième édition de Haiti Fashion Week qui doit se dérouler en novembre 2019.

Selon le coordonnateur de la Semaine de la mode en Haïti, les  teintes brillantes de la religion vaudou, la riche culture d'Haïti et les formes des vêtements rend ses créations uniques.

« La mode haïtienne est très différente de celle des autres pays. Il s'agit de couleurs et de volumes avec beaucoup de volants », a-t-il déclaré au cours de l'interview.

« Je pense vraiment qu'Haïti peut devenir la capitale de la mode du bassin caribéen ». Il croit que le pays se fait peu à peu un nom pour la créativité, la diversité et même la durabilité sur le terrain.

Outre ces grands noms, la BBC  a également rencontré le jeune Vladimir Aneas. Ce dernier s’est formé lui-même dans le domaine. Agé de 30 ans et autodidacte, Vladimir confie avoir fait face à des obstacles dans le cadre de l’exercice de sa profession. Il se bat pour collecter des fonds afin de fabriquer ses pièces et de faire reconnaître son travail, mais il doit également briser les stéréotypes liés à sa surdité.

« Beaucoup d'Haïtiens pensent que les personnes sourdes ne peuvent pas diriger une entreprise. Je leur dis que cette catégorie de gens peut faire tout ce qu'elle veut », a-t-il expliqué. 

Vladimir Aneas met également en avant le problème lié à la concurrence renforcée par la prédominance en Haiti du phénomène "pèpè".  Ces vêtements pour la plupart importés et vendus à bas prix créent une concurrence féroce pour les designers locaux, se plaint-il. Toutefois, il se dit déterminé à atteindre son objectif de figurer pour la première fois à la Fashion Week cette année. « Pour moi, c'est la plus grande activité à laquelle participer ». 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :