Jeudi 22 Août, 2019

Michel Joseph Martelly : "Le pays a deux problèmes."

L’ancien président Michel Joseph Martelly

L’ancien président Michel Joseph Martelly

Un problème de société et un problème de constitution... tels sont les deux principaux obstacles qui bloquent le développement du pays, selon l’ancien président Michel Joseph Martelly. Il dit croire qu’aucun changement n’est possible en Haïti sans une solution face à ces deux difficultés majeures.

Contrairement au président Jovenel Moise qui scandait que "le pays a 5 grands problèmes": "la corruption, la corruption, la corruption, la corruption, la corruption et la corruption", son prédécesseur Martelly n’en voit que deux. Le 56e président d’Haïti pointe du doigt la constitution comme étant le premier élément de blocage au bon fonctionnement des institutions étatiques.

« Tant que nous n'aurons pas changé la constitution, nous serons toujours dans cette impasse », tance-t-il répondant aux questions des journalistes de la Voix de l'Amérique, quelques temps après sa prestation controversée sur le parcours carnavalesque de la ville des Cayes.

Pourtant, l’ancien chef de l’Etat avait décidé, le mardi 19 juin 2012, de promulguer le texte amendé de la Constitution après avoir annulé l'arrêté qu'il a pris le 3 juin 2011 rapportant l’acte de promulgation fait par son prédécesseur René Garcia Préval. Un acte qui, selon le constituant Georges Michel, avait été exécuté dans la fraude et la clandestinité.

En second lieu, Martelly a souligné ce qu'il appelle "un problème de société" en prenant comme exemple l'attitude individualiste des acteurs de tous les secteurs du pays: "le secteur privé, les médias". "En Haïti, chacun se bat pour son intérêt personnel sans penser aux intérêts d’Haïti", a-t-il soutenu.

Les manifestations, le changement de président ne changeront rien, prévient-il. Le chanteur de Sweet Micky, pour conclure s'est adressé à tout futur chef d'Etat haïtien. "Qu'il s'agisse d'André Michel ou autre...  selon lui, pour qu'Haïti prenne la route du progrès, tous les Haïtiens doivent s'unir". 

Rappelons que le chanteur, suite à une conversation avec Scoop FM dans le cadre de sa participation au carnaval des Cayes, a verbalement attaqué Le Nouvelliste en tenant des propos qualifiés de "diffamatoires" par le quotidien. Dans une note, la doyenne de la presse écrite a rectifié qu'elle "n’a jamais vendu, n’a jamais marchandé ni négocié sa ligne éditoriale auprès de Monsieur Martelly" et menace d'intenter une action en justice contre lui.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :