Vendredi 3 Juillet, 2020

Une église haïtienne à Miami sensibilise ses fidèles sur le 8 mars

A gauche, une vue de l'assistance de l'Eglise Shekina à Miami. A droite, le banderole contenant le thème de l'activité. Collage: Loop Haïti

A gauche, une vue de l'assistance de l'Eglise Shekina à Miami. A droite, le banderole contenant le thème de l'activité. Collage: Loop Haïti

8 mars ramène à la Journée internationale des droits des femmes. Dans la diaspora haïtienne, précisément dans l’État de la Floride, à Miami, le Centre Évangélique Shekina a organisé une journée de sensibilisation sur les droits des femmes.

Cette activité socio-culturelle et spirituelle a réuni plusieurs représentants d'église à Miami. Avec des images et informations projetées au fond de l'autel, Vanessa Vixama, responsable du département des médias sociaux au sein de l'Église, refait l'historicité des droits des femmes dans le monde.

De 1857 en passant par 1944 pour arriver aux années 2000, la jeune chrétienne a passé en revue les nombreuses luttes menées à travers le monde pour que les femmes puissent joueur les rôles qu’elles en ont envie dans la société.

Détentrice d’un baccalauréat en sociologie et un master en santé publique, Vixama a mis l’accent sur le droit de vote pour les femmes reconnu qu’en 1944. « Les femmes mariées allaient attendre jusqu’en 1965 pour exercer une profession sans l'autorisation de leur mari, alors que le principe « à travail égal, salaire égal » allait être reconnu en 1972 », a-t-elle rappelé à l’assistance, visiblement attentive.

En guise d’illustration, et pour montrer les sensibilités qui caractérisent les luttes, la jeune chrétienne citait en exemple plusieurs femmes américaines, à l’instar de Condoleezza Rice, Hillary Clinton où Michelle Obama qui ont occupé des postes clés dans la sphère politique aux États-Unis.

Lire aussi : Guerre de langues dans une église protestante haïtienne à New York

Le responsable des affaires sociales de l'église a, pour sa part, attiré l’attention de l’assistance sur l’impact des violences faites aux femmes et aux filles. « Ces traitements subis sont susceptibles d’entraîner des dommages ou souffrances de nature physique, sexuelle, psychologique ou économique », a souligné Jean Baptiste Desmangles.

Point de vue partagé par le leader du Centre Évangélique Shekina qui faisait partie, lui aussi, de l’assistance. Le révérend pasteur Fenel Vixama a insisté sur la nécessité de continuer à s’engager pour l’intégration des femmes dans toutes les sphères de décision à travers le monde. « Que ce soit à l’église, dans la politique ou ailleurs, les femmes doivent avoir leur place », a déclaré l’homme de Dieu.

Sa femme, elle aussi pasteur, a profité du moment pour revenir sur la mission sociale de l’Église dans le fonctionnement de la société. « Il est indispensable que les églises s’impliquent dans la sensibilisation sur les phénomènes sociaux, a martelé Sophonie Vixama, initiatrice de cette activité. Les religieux ont leurs mots à dire. Ils doivent se faire sentir à travers des actions concrètes, particulièrement dans le cadre du respect des droits des femmes ».

Lire aussi : Un Haitiano- Américain dans le plus grand festival de danse aux USA

Chants, danse, poésie... sont autant de points qui ont rythmé le menu de cette activité annuelle, déroulée dans l'enceinte même de l'église. Occasion pour les responsables d'honorer des femmes présentes en la circonstance, particulièrement celles qui sont les plus âgées.

Notons que l’édition 2020 de la Journée internationale des femmes avait pour thème « Je suis de la génération égalité : levez-vous pour les droits des femmes ». Il coïncide avec la nouvelle campagne pluri-générationnelle d’ONU « Femmes, Génération Égalité », qui marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing.

Pour l'Onu, l'année 2020 est charnière dans la promotion de l’égalité des sexes dans le monde. Dans un message publié sur son site internet, l’institution a souligné que la communauté internationale marquera plusieurs autres temps forts du mouvement pour l’égalité des sexes : un cap quinquennal dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :