Samedi 17 Août, 2019

Mexique: une migrante haïtienne crie au secours pour son fils malade

La mère haïtienne demandant de la nourriture, de l'eau potable et des soins médicaux pour son fils de cinq ans malade alors que celui d'un an rampait au sol à coté d'elle./Photo: Maria de Jesus Peters-El Universal.

La mère haïtienne demandant de la nourriture, de l'eau potable et des soins médicaux pour son fils de cinq ans malade alors que celui d'un an rampait au sol à coté d'elle./Photo: Maria de Jesus Peters-El Universal.

« Mon fils est malade depuis plusieurs jours. J'ai beaucoup souffert », s’est-elle plainte en espagnol. «Ils ne nous ont pas donné un peu de nourriture. Il n'y a pas d'eau potable. Aidez-moi avec mon fils. Il est malade. J'ai deux fils, un âgé de cinq ans et un autre de 14 mois. Aidez-moi s'il vous plaît. Mon fils est en train de mourir »...

Effondrée et les yeux baignés de larmes, une mère haïtienne crie au secours et demande de l’aide pour son fils malade. Elle et plusieurs autres migrants africains et haïtiens ont tenté de s’échapper à une émeute éclatée mardi dans un centre de refuge pour migrants. Ils étaient des centaines à se soulever contre les autorités mexicaines et à demander de la nourriture, des soins médicaux, et une assistance pour leur traitement de l’immigration.

Cela s’est passé au Mexique, à l’entrée de Feria Mesoamericana, un centre de refuge pour migrants situé à Tapachula, une ville de l’État du Chiapas, dans le sud du Mexique. Les gardes et les policiers qui assurent la sécurité du plus grand centre de refuge au Mexique, ont arrêté les détenus alors qu'ils tentaient de fuir. Il s'agissait du troisième soulèvement de migrants éclaté, en un mois, à Tapachula.

La situation a dégénéré et est devenue tendue lorsque des migrants ont commencé à protester pour demander de la nourriture, des soins médicaux et une aide pour leur traitement, ce qui leur permettrait de quitter les lieux. Une vidéo en circulation sur les réseaux sociaux montre une mère haïtienne affalée sur le trottoir, criant au secours de son jeune fils malade, tandis que ce dernier rampait par terre à proximité.

 

« Mon fils est malade depuis plusieurs jours. J'ai beaucoup souffert », s’est-elle plainte en espagnol, tentant de franchir le bas du portail devant lequel un groupe de journalistes s’est trouvé rassemblé. «Ils ne nous ont pas donné un peu de nourriture. Il n'y a pas d'eau potable. Aidez-moi avec mon fils. Il est malade. J'ai deux fils, un âgé de cinq ans et un autre de 14 mois. Aidez-moi s'il vous plaît. Mon fils est en train de mourir », a-t-elle crié.

La mère désemparée, qui a déclaré être au centre d’immigration depuis 10 jours, a été empêchée de partir à la porte principale par des membres de la Garde nationale, de l’Institut national de l’immigration et de la police fédérale.

Ce centre avait déjà fait l’objet de critiques après que des migrants se sont plaints des conditions dans lesquelles ils y vivaient au quotidien. Pas de nourritures, toilettes débordantes, rats, cafards, usage abusif de la force par les gardes. Une cinquantaine de personnes dorment dans des salles de 9 pieds sur 12, selon ce que rapporte le Daily Mail. 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :