Vendredi 20 Juillet, 2018

Mexique:Des Haïtiens victimes de racisme pour avoir passé leur examen?

Mexique: Des Haïtiens victimes de racisme pour avoir passé leur examen. Photo: San Diego Red

Mexique: Des Haïtiens victimes de racisme pour avoir passé leur examen. Photo: San Diego Red

Le 11 juin dernier, Loop Haïti a raconté, dans un article, le parcours semé d’embuches de certains Haïtiens qui ont voulu atteindre les Etats-Unis après avoir accumulé les mauvaises expériences au Brésil. Ils se sont donc arrêtés au Mexique, particulièrement en basse Californie, où leur communauté constituée d’au moins 3000 personnes grandit et attire de plus en plus l’attention de la presse mexicaine.

Le 3 juin dernier, plusieurs jeunes Haïtiens ont passé avec succès les examens d’entrée à l’Université Autonome de Basse Californie au Mexique (AUBC). Des jeunes mexicains ont exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux contre ces immigrants après que l’université ait annoncé que 17 Haïtiens ont passé ces épreuves.

« Amis désolé, mais dites-moi comment les Haïtiens contribuent au pays? », « Je ne suis pas d'accord pour leur donner l'occasion d'étudier », « Je pense qu'ils ne devraient pas entrer dans le UABC », tels sont les commentaires racistes prononcés contre les Haïtiens.

D'autres sont en colère et pensent que les impôts payés par les mexicains ne devraient pas être servir les ressortissants d’autres nations.

 

Plusieurs médias mexicains dont Revolucion 3.0 et Sintesis Tv ont déploré ces comportements discriminatoires. Certains parents d’étudiants ont également réagi en faisant croire qu’ils n’ont aucun problème que des étrangers intègrent l’université de leurs enfants.

Le gouvernement mexicain a déjà émis 2,890 permis humanitaires aux Haïtiens qui ont commencé à débarquer dans le pays en 2016. Ces permis leur donnent l'opportunité de rester au Mexique, de travailler ou d'étudier.

Certains font prennent également part au programme «Little Haiti», un projet qui vise à construire des logements décents pour les familles hébergées dans des centres de refuge.