Jeudi 17 Janvier, 2019

Meurtre de Khashoggi: après les aveux, beaucoup de questions en suspens

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 15 décembre 2014 à Manama, à Bahreïn

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 15 décembre 2014 à Manama, à Bahreïn

Après les aveux de l'Arabie saoudite dans l'affaire de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, tué à l'intérieur du consulat du royaume à Istanbul, beaucoup de questions restaient en suspens dimanche, auxquelles Ryad était exhorté à répondre.

La confirmation de sa mort est venue, via l'agence de presse officielle saoudienne SPA, du parquet, qui a évoqué une "rixe" dans ce consulat.

Mais ces explications sont loin de satisfaire tous les pays qui se disaient préoccupés du devenir de M. Khashoggi.

- Trump veut "la réponse" -

À un journaliste qui lui demandait s'il était satisfait du limogeage de deux des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammed ben Salmane, et des 18 arrestations annoncées, le président américain a encore répondu: "Non, je ne serai pas satisfait tant que nous n'aurons pas la réponse".

D'autres pays ont haussé le ton. Le Canada a ainsi jugé samedi soir "ni crédibles ni cohérentes" les explications de Ryad. "Nous réitérons notre appel à une enquête approfondie, menée en pleine collaboration avec les autorités turques", a insisté la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

- Questions "sans réponse" -

"Ces attentes sont d'autant plus fortes que nos deux pays sont liés par un partenariat stratégique qui implique franchise, exigence et transparence", a-t-il aussi relevé.

Ces exhortations diplomatiques interviennent alors que la presse turque a publié ces derniers jours de nouvelles révélations accablantes pour les Saoudiens, selon lesquelles Jamal Khashoggi a été torturé et assassiné dans le consulat dès le jour de sa disparition.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :