Mardi 15 Octobre, 2019

Menacés de mort, les juges de la CSCCA sont en grande difficulté

Les juges de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA)

Les juges de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA)

En dépit des menaces et des actes d’intimidations dont ils font l’objet, les conseillers qui se sont entretenus avec les membres d’« Ensemble contre la corruption » se disent déterminés à aboutir l’enquête ouverte sur le dossier Petrocaribe, rapporte Marie Rosy Auguste Ducénat du RNDDH.

Tentatives d’intimidation, menaces de mort via des appels et messages téléphoniques sont entre autres maux auxquels font face les juges de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) depuis environ 1 mois et demi. Ces actes d’intimidations qui se poursuivent actuellement ont commencé avant la publication du deuxième rapport de la cour sur l’utilisation des fonds Petrocaribe.

Ces informations ont été révélées, ce jeudi 27 juin, lors d’une rencontre d’une délégation nouvellement créée et baptisée « Ensemble Contre la Corruption » avec des conseillers concernés dont le président de la Cour, Pierre Volmar Desmesyeux, Marie Nelta Féthière et Rogavil Boiguéné.

Selon Joseph Maxime Rony, l’un des membres du collectif « Ensemble contre la corruption », des individus à bord de véhicules sans plaques d’immatriculation se sont même rendus à plusieurs reprises dans les parages des résidences de certains conseillers dans le but de recueillir des informations leur concernant.

Selon une source fiable, le directeur général d’une institution étatique et son chef de cabinet ont, eux, appelé l’un des conseillers de la Cour afin de lui mettre la pression suite à la publication du deuxième rapport d’audit des fonds PetroCaribe.

Pierre Espérance du réseau national de défense des droits humains a informé que cette situation a provoqué une psychose chez certains des conseillers dont un en est tombé malade alors qu’un autre a quitté le pays avec les membres de sa famille craignant pour sa vie et celle de ses proches.

Il faut adjoindre à ces menaces, l’attaque armée perpétrée sur les locaux du tribunal administratif dans la soirée du lundi 24 juin, indique M. Rony.

Pour le directeur exécutif du conseil haïtien des acteurs non-étatiques (CONHANE) Édouard Paultre, ces actes tendent à rendre l’organe de reddition des comptes publics dysfonctionnel afin de bloquer la poursuite de son enquête relative à la gestion des fonds vénézuéliens. Il peste contre l’exécutif qui, dit-il, n’a pas honoré les engagements relatifs à la dotation des moyens à la cour afin de lui permettre d’accomplir sa mission.

Les membres d « Ensemble contre la corruption »  dénoncent également le fait que le Senat n’ait toujours pas acheminé le deuxième rapport d’audit de la CSC/CA aux autorités judiciaires concernées pour les suites de droit.

En dépit des menaces et des actes d’intimidations dont ils font l’objet, les conseillers qui se sont entretenus avec les membres d’« Ensemble contre la corruption » se disent déterminés à aboutir l’enquête ouverte sur le dossier Petrocaribe, rapporte Marie Rosy Auguste Ducénat du RNDDH.

L’ « Ensemble contre la corruption constitué de plus d’une dizaine d’organisations de la société civile dont le CRESFED, le RNDDH, CONHANE, CARDH et de la POHDH lance un appel à l’égard de la population notamment les Petro challengers à se solidariser de la CSC-CA afin de faciliter la finalisation de son travail sur le dossier PetroCaribe.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :