Mardi 20 Août, 2019

Des organisations apportent leur soutien aux juges de la CSC/CA

Les juges de la Cour des comptes

Les juges de la Cour des comptes

Des juges de la CSC/CA ont reçu des appels téléphoniques d’un directeur général de l’administration publique qui les menace de mort s’ils continuent leur travail sur le dossier Petrocaribe.

Plusieurs dizaines de personnes ont participé jeudi 04 juillet au sit-in organisé devant les locaux de la cour des comptes et du contentieux administratif à l’initiative de la structure baptisée combite des organisations politiques, syndicales et populaires.

Les participants qui dénonçaient la corruption généralisée au sein notamment de l’administration publique étaient une nouvelle fois très hostiles à l’égard du président de la République Jovenel Moïse et ses collaborateurs qu’ils accusent d’être derrière les menaces de mort et d’intimidation dont sont l’objet les juges administratifs.

Les protestataires ont exprimé leur plein soutien aux conseillers de la CSC/CA qui font l’objet des menaces de mort et d’intimidations d’individus inconnus. Ils les invitent à s’armer de courage en vue de finaliser leur rapport d’audit des fonds Pétrocaribe.

Rappelons que trois conseillers de la cour ont dû fuir le pays en raison des menaces dont ils ont l’objet. Certains d’entre eux sont tombés malades.

Les juges ont reçu des appels téléphoniques d’un directeur général de l’administration publique qui les menace de mort s’ils continuent leur travail sur le dossier Petrocaribe.

Rappelons que la semaine dernière, le Premier ministre nommé Jean Michel Lapin avait visité la Cour supérieur des comptes et du contentieux administratif (CSCCA) afin de se renseigner sur les menaces de morts contre plusieurs juges de l'institution et apporter son soutien au travail de la Cour.

« J’étais venu pour échanger des idées avec le président de la Cour et voir dans quelle mesure je peux aider à solutionner les problèmes que traverse la cour en ce moment », a-t-il dit. « Nous n’avons pas seulement discuté des persécutions que subissent les juges, mais aussi des problèmes administratifs que rencontre la Cour », avait-il aussi souligné.

"Mais nous avons identifié des pistes de soutien afin de voir comment la Cour peut réaliser les travaux que lui confèrent ses attributions ainsi que la société haïtienne », avait-il rassuré.

Le chef du CSPN qui dit croire en la justice invite les conseillers menacés à porter plainte par-devant un tribunal. Puisque, dit-il, la plainte est le point fondamental pour qu’il y ait une enquête. « Nous encourageons les conseillers de la CSC/CA qui ont subi des menaces à déposer formellement des plaintes afin qu’une enquête soit diligentée... ».

Par ailleurs, le chef du CSPN prévenait aux agresseurs qu’il ne servirait à rien de menacer les juges. Pour lui, toutes personnes citées dans le rapport sur la gestion de Petrocaribe ont le droit de comparaître devant le tribunal administratif de la Cour pour contester son accusation ou du moins faire valoir son droit devant un tribunal correctionnel.

Et pour l’avancement du dossier, monsieur Lapin avait dit souhaiter le retour des juges qui ont fui le pays. « Nous avons demandé au président de la Cour de solliciter le retour des juges qui ont laissé le pays afin que ces derniers puissent revenir au pays pour servir convenablement leur patrie, la CSCCA comme toutes les autres institutions étatiques demeurera alors que les gouvernements se succéderont ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :