Mercredi 15 Août, 2018

Médecins sans Frontières va fermer 2 centres hospitaliers en Haïti

Le Centre de Traitement du Choléra (CTC) de MSF à Martissant, avril 2012.
Le Centre de Traitement du Choléra (CTC) de MSF à Martissant, avril 2012. © Mathieu Fortoul/MSF

Le Centre de Traitement du Choléra (CTC) de MSF à Martissant, avril 2012. Le Centre de Traitement du Choléra (CTC) de MSF à Martissant, avril 2012. © Mathieu Fortoul/MSF

Huit ans après être venu aider les haïtiens victimes du séisme du 12 janvier 2010, Médecins sans Frontières (MSF) va réduire progressivement ses centres d’intervention du territoire national. L’organisation annonce le retrait de deux de ses projets prévus entre 2018 et 2019.

Il s’agit du Centre de traumatologie et de chirurgie d'urgence et du Centre de référence des urgences obstétricales de l'organisation Médecins sans frontières (MSF) qui ont effectué au moins 8,000 cas de chirurgies l’année dernière. Les deux hôpitaux se situent respectivement à Tabarre et à Delmas 33.

Le premier, inauguré en 2012, serait doté d’une capacité de 121 lits et est composé d’une unité de soins intensifs. Sa fermeture est prévue pour juin 2019. Le centre de Delmas 33 qui est un Centre de référence en matière d’urgences obstétricales (CRUO) devrait cesser ses activités en octobre prochain.

C’est une mauvaise nouvelle pour le système de la santé du pays qui souffre d’une carence structurelle et peine à offrir des soins aux citoyens. Mais, la mission des organisations comme les MSF sont généralement temporaires.

 

« Une structure d’une telle ampleur comme CRUO, MSF, en tant qu’organisation humanitaire, ne peut faire une prise en charge de très longue durée. C’est 450 employés avec 500 admissions par mois. C’est quelque chose qui n’est pas facile à faire » a révélé Michelle Chouinard, chef de mission de MSF-Hollande  au Nouvelliste. Le responsable affirme que les fonds de l’ONG sont limités et qu’ils servent, en même temps, aux urgences de plusieurs autres pays à travers le monde.

Ce retrait ne va pas affecter que le système des soins, plusieurs employés seront bientôt au chômage. MSF avait créé au moins 2000 emplois sur le marché avec un pourcentage de 95% de professionnels médicaux et paramédicaux haïtiens. « Sur 450 employés, 200 ont déjà perdu leurs jobs à Tabarre », selon les détails de Sébastien Libert, chef de mission de MSF-Belgique.

11 lits ont été déjà retirés de l’hôpital de Delmas 33 depuis l’opération entamée le 1er février dernier et qui s’effectuera progressivement. Les responsables ont également établis certains critères d’admission. Dorénavant, certains cas ne sont plus admis. Les deux chefs de l’organisation admettent que ce retrait va porter un coup dur à la santé en Haïti. Ils croient néanmoins que de nombreux efforts ont été faits depuis le séisme par les responsables du secteur.

Au milieu de cette inquiétude, le directeur du MSPP, le Dr Lauré Adrien, lance un appel au calme. « Effectivement, ça va être une charge de plus pour le ministère qui fait face à certaines difficultés. Mais il n’y a pas de panique » a-t-il détaillé au Nouvelliste tout en assurant que les hôpitaux publics devront s’accommoder à la nouvelle réalité qui se profile à l’horizon.