Vendredi 24 May, 2019

Vent anti-Sweet Micky à Montréal: «De la pub gratuite» selon Martelly

Le chanteur du groupe Sweet Micky, Michel Martelly

Le chanteur du groupe Sweet Micky, Michel Martelly

Michel Martelly a réagi, ce jeudi après-midi sur les ondes de radio Caraïbes, sur sa venue contestée à Montréal, où il est programmé en concert le 22 mars par le producteur Bernier Sylvain.  

« Ce n’est que du bruit autour de mon nom. C’est de la publicité gratuite pour Micky », a-t-il déclaré, indiquant que celui qui a adressé la lettre au Premier Ministre Justin Trudeau pour demander l’annulation du concert, était une fois surpris dans un bal de Martelly.

L’auteur de cette lettre adressée à Justin Trudeau pour l’annulation du spectacle « Sweet Micky : Black Tuxedo Affair, est le sociologue Frédéric Boisrond. Ce dernier a souligné à l'attention de Trudeau, dans sa correspondance, que le chanteur de Sweet Micky fait l’apologie du viol des femmes et est un misogyne.

La dernière fois qu’une pareille tentative a été faite remonte à 1994 où des partisans du Fanmi Lavalas contestaient la tenue d’un de ses concerts au Canada, selon ce qu’a rapporté l’artiste. « J’ai eu salle comble et j'ai enflammé Montréal » en dépit de tout, lâche le chanteur et ancien président haïtien. 

L’année dernière, il dit avoir réussi son spectacle malgré la grogne de certains compatriotes. En tournée médiatique pour la promotion de son tout dernier clip « M anvi manje w’ », Michel Martelly a réfuté les accusations qui pèsent sur sa personne, le faisant passer pour un misogyne, un haineux et un violent.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :