Dimanche 15 Décembre, 2019

Marriott: un accord trouvé sur le choix d'un juge pour remplacer Moïse

A l'hôtel Marriott, les opposants  et des membres de la société civile s'étaient réunis en vue de trouver un accord sur l'après-Jovenel Moïse

A l'hôtel Marriott, les opposants et des membres de la société civile s'étaient réunis en vue de trouver un accord sur l'après-Jovenel Moïse

Les partis politiques et groupes de la société civile d’Haïti, qui réclament la démission du président Jovenel Moïse, sont parvenus samedi soir à un accord sur la forme que devra prendre la transition politique, deux mois après le début des manifestations parfois violentes à travers le pays.

 

Après deux jours de discussions parfois houleuses à l'hôtel Marriott, les opposants au président de la République se sont accordés pour choisir son successeur parmi les juges de la Cour de cassation et le prochain premier ministre au sein des partis de l’opposition. Ce président provisoire devrait, avait annoncé plus tôt dans la semaine, être installé d'ici 18 novembre 2019.

« Nous avons trouvé une entente, nous avons trouvé un consensus. Maintenant, nous disons à Jovenel de tourner les talons parce qu’aujourd’hui les Haïtiens ont montré qu’ils sont adultes », a déclaré Youri Latortue, sénateur de l’opposition, à l’issue des négociations entre les différents secteurs composant l'opposition et des membres de la société civile. 

Aucun calendrier n’a été précisé samedi soir quant à la concrétisation de cet accord, mais l’organisation citoyenne Passerelle, qui a facilité la réunion des opposants, a indiqué que les deux jours de négociations avaient abouti à l’établissement d’une feuille de route que devra suivre le couple exécutif esquissé par l’accord.  

 

Parmi la vingtaine de groupes politiques et citoyens représentés, seul le parti Fanmi Lavalas de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide n’a pas signé l’accord, émettant des réserves, sans fournir plus de détails.  

« Ça ne va pas changer du jour au lendemain, mais il est évident qu’aujourd’hui, c’est une avancée significative et qui prouve à tout le monde que l’on est capable de s’asseoir et de trouver ensemble des formules qui nous permettent d’avancer », a également salué Bernard Craan, membre du collectif Passerelle.

Face à une classe politique très émiettée et souvent peu encline au consensus, l’homme d’affaires veut éviter tout risque d’intervention internationale, comme ce fut le cas par le passé lors de précédents régimes de transition politique.

« Cette solution haïtienne sera loin d’être parfaite, on aura besoin de l’assistance internationale, mais pas de l’intervention internationale, pas de l’ingérence de l’international », a souligné à l’AFP M. Craan.

Selon l’ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans des manifestations organisées dans les principales villes en Haïti pour exiger la démission du président, un mouvement paralysant les activités économiques du pays. Mais les opposants ne veulent pas lâcher prise. La semaine dernière, la Commission de passation du pouvoir mise en place par l'opposition, a soumis une liste des trois juges de la Cour de cassation devant remplacer Jovenel Moïse après son départ. D'après une source proche de la commission, il s'agirait de René Sylvestre, Joseph Mécène Jean-Louis et Ivickel Dabrésil.

Depuis la chute de la dictature des Duvalier en 1986, l’histoire du pays est caractérisée par l’instabilité politique qui entrave son développement économique. Au cours des trois dernières décennies, seul un président démocratiquement élu, René Préval, a pu achever ses mandats tout en transmettant le pouvoir à un successeur élu au suffrage universel.

La rédaction, avec AFP

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :