Dimanche 25 Février, 2018

Marie Louise Gauthier, la femme la plus puissante de la PNH

Marie Louise Gauthier, coordonnatrice des affaires féminines de la Police Nationale d'Haiti. Photo : Estailove St-Val

Marie Louise Gauthier, coordonnatrice des affaires féminines de la Police Nationale d'Haiti. Photo : Estailove St-Val

Comment une femme peut-elle arriver à s’imposer au sein d’une institution où les hommes représentent plus de 90% de l’effectif total ? C’est ce défi que Marie Louise Gauthier a relevé en grimpant les échelons de la Police Nationale d’Haïti (PNH) jusqu’à en devenir la coordonnatrice nationale des affaires féminines, le poste le plus élevé occupé par une femme au sein de l’institution policière.  

 

Son histoire est comme un conte de fée pour démontrer à des milliers de femmes qu’elles peuvent réussir à faire carrière dans dans le métier des armes que l’on croit jusqu’à présent la chasse gardée des hommes. Elle a fait sa formation initiale à la Gendarmerie Royale du Canada en 1995, avant même la première promotion de l’école de police en Haiti. Nous sommes encore sous la période de l’embargo et la jeune femme à l’époque a voulu à tout prix s’échapper de la disette qui y règne, sans perdre de vue la responsabilité qui lui est incombée de revenir servir son pays.  

Une histoire un conte de fée pour démontrer à des milliers de femmes qu’elles peuvent réussir à faire carrière dans dans le métier des armes.

« Arrivée au Canada, j’appris qu’on lance une campagne de recrutement de policiers et je me suis dit pourquoi ne pas suivre ce programme pour pouvoir aider en retour mon pays. J’avais eu surtout une attirance pour ce métier et je prends plaisir à l’exercer », raconte-elle mardi 5 décembre dernier en marge d’une soirée de storytelling et de débat organisée par l’ambassade américaine en partenariat avec Loop Haïti.

De retour en Haïti, elle intègre l’institution policière fraichement créée. Pour avoir été chef de la patrouille de Cité Soleil en 1995, première femme devenue commissaire de police, responsable du poste de police au parlement en août 1996 et du poste de police de Kenscoff en 2001, responsable d’une compagnie au sein de la Brigade d’ Intervention Motorisée (BIM) en 2008, directrice des ressources humaines de la PNH et membre de la commission chargée du recrutement, Marie Louise Gauthier sait bien travailler en terrains difficiles. Ce qui a, d’évidence, forgé son caractère et son intelligence.  

Commissaire Gauthier a également participé à des conférences internationales de police, notamment à la sixième conférence des femmes policières d'Amérique centrale et des Caraïbes tenue à San Salvador en 2006.

Son chemin au sein de la police est pavé d’embûches qu’elle n’ose pas dévoiler, tenue à la discrétion et au secret professionnel. Elle préfère généraliser : « Toute femme, qu’elle soit civile ou policière, a subi à un moment donné au moins une violence psychologique de la part d’un homme qui la parcourt d’un regard, lui lance des propos inconvenants à répétition… » Sa formule pour résister au harcèlement moral pourrait s’appliquer à tous les domaines de la vie : « Si vous vous misez sur votre force intérieure, vous ne serez pas intimidée. Restez focus. Faites votre travail avec amour. »

« Si vous vous misez sur votre force intérieure, vous ne serez pas intimidée. Restez focus. Faites votre travail avec amour. »

En dehors de l’institution policière, Marie Louise Gauthier est une sportive de haut-nouveau. Dès l’âge de 15 ans, elle a connu ses heures de gloire avec l’équipe nationale de football féminin qui a effectué des tournées en Europe, en Amérique, et dans les Antilles. Elle titulaire d'une certification pédagogique en éducation physique de l'Université d'Abidjan en Côte d'Ivoire, où elle a vécu pendant quatre ans.

16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes