Vendredi 14 Août, 2020

Marche des policiers pour exiger de meilleures conditions de travail

Sur la route de Delmas/ Photo: Raoul Junior Lorfils

Sur la route de Delmas/ Photo: Raoul Junior Lorfils

Comme annoncé, des dizaines de policiers ont gagné les rues de la capitale haïtienne ce dimanche pour exiger de meilleures conditions de travail. 

Malgré les pressions exercées sur eux par le Haut commandement de l'institution policière, des dizaines d'agents de la police nationale d'Haïti (PNH) ont foulé le macadam, à Port-au-Prince, ce dimanche 27 octobre 2019, pour exprimer leur ras-le-bol et dénoncer les mauvais traitements dont ils font l'objet.

Partis de Carrefour aéroport, les protestataires, accompagnés de dizaines de citoyens supportant leur mobilisation, ont sillonné pacifiquement la route de Delmas pour aboutir jusqu'au devant des locaux de la direction générale de la police nationale à Pétion-ville où ils ont livré leur message.

Leurs revendications: le droit de se réunir en syndicats, un meilleur salaire, une vraie assurance santé, un programme d'accompagnement des policiers handicapés dans le cadre de leur travail, la prise en charge des familles des policiers tués en fonction entre autres.

 

Soulignons que cette marche se tient alors que le pays connait environ deux mois de mobilisation antigouvernementale. De nombreux de secteurs du pays exigent la démission de Jovenel Moïse, supporté par une partie de la communauté internationale, dont les Etats-Unis qui encouragent un dialogue entre les acteurs.

 Lire aussi > Haïti: les USA encouragent un dialogue "prese prese" entre les acteurs

Durant tout le parcours, les policières et policiers ont précisé verbalement ainsi que par des pancartes, que leur mouvement "apolitique" n'avait rien à voir avec une manifestation pour exiger le départ ou le maintien de Jovenel Moïse et son gouvernement au pouvoir.

Par ailleurs, les contestataires menacent de donner dans les jours à venir, une autre forme à leur mouvement si leurs revendications ne sont pas prises au sérieux par les autorités compétentes.

Related Article

 

Rappelons que des pressions ont été exercées par leurs supérieurs sur les policiers à cause de cette marche. Les haut placés de la PNH brandissaient le règlement intérieur interdisant aux agents de manifester. Ces derniers se sont servi, eux, de la Constitution qui garantit le droit à tous d'exiger de meilleures conditions de vie.

Raoul Junior Lorfils

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :