Mercredi 3 Juin, 2020

Dany Lafferière rend hommage à la légende Manu Dibango, ami d’Haïti

Manu Dibango en 2018 à Abidjan. — © Sia Kambou/AFP

Manu Dibango en 2018 à Abidjan. — © Sia Kambou/AFP

Emporté par le nouveau coronavirus (Covid-19) le 24 mars, le saxophoniste camerounais Manu Dibango retentit des échos inextinguibles dans le monde. 

Autant des victimes du nouveau coronavirus ont fini par guérir, autant certains connaissent une fin malheureuse. Personne n’est exempte. Des acteurs de cinéma, des sportifs, et d’autres personnages assez connus du monde entier sont à ce jour touchés par cette pandémie et certains en sont décédés. C’est le cas par exemple du saxophoniste notoire Manu Dibango, décédé du Covid-19 le mardi 24 mars, à l’âge de 86 ans.

Les réactions au ton élégiaque ne se font pas attendre au lendemain de son décès. Pour avoir contribué à la production du film « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer », titre du premier roman à succès de Dany Laferrière publié en 1985 et adapté au cinémaen 1989. Le saxophoniste a produit la musique originale du film. C’est à ce que titre que l’Académicien a trouvé l’énergie et sa légitimité pour lui rendre un hommage bien mérité.

 

« Manu, tu ne seras jamais à mes yeux un homme emporté par une maladie d’époque. Je t’espère plutôt noyé dans ce rire rauque. Dans cette musique sensuelle, chaude, généreuse. Dans ce fleuve Niger où joie alterne avec tristesse. De temps en temps ton grand corps surnage pour une lampée d’oxygène. Puis tu continues ta route sous les salves d’applaudissements de tes amis toujours émus par cette vie éblouissante que tu nous as permis d’admirer sans temps mort », écrit Dany Laferrière.

Le message a été divulgué par la chargée de relations publiques de l'auteur, Camille Robitaille, sur son compte Facebook ce mercredi.  

Autre connexion de Dibango à Haïti : le séisme de 2010. L’interprète du titre : « Soul Makossa » en 1972 et qui a valu un succès planétaire, a été uns des participants sur la chanson « Un geste pour Haïti chérie », auditionnée pour soutenir le peuple haïtien victime du séisme du 12 janvier 2010. 

Succès-monde

Quelques jours de cela, l’artiste a été testé positif du virus, et la rumeur la rumeur de sa mort commençait à s’y installer. Malheureusement, elle a succombé à la maladie ce 24 mars. La nouvelle a été annoncée dans un message publié sur les réseaux sociaux par sa famille. 

« Soul Makossa, le morceau qui l'a fait naître, a connu un étonnant destin. Ce n'était au départ que la face B d'un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l'équipe de foot du Cameroun à l'occasion de la Coupe d'Afrique des Nations. Repéré par des DJs new-yorkais, le titre a connu mille vies », écrit AFP.

Les obsèques de l’artiste seront chantées en toute discrétion, alors qu’un hommage sera rendu au saxophoniste par la suite, a annoncé son entourage.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :