Lundi 14 Octobre, 2019

Manifestation réussie à Pétion-Ville : une victoire pour l’opposition

Les autorités de l’État, en l’occurrence Max Rudolph Saint-Albin et Ronsard Saint-Cyr, n’ont pas réussi à casser, tôt ce matin, les ailes des manifestants, à les décourager de fouler le macadam. Leur tentative de discréditer l’opposition, de manipuler les manifestants et de véhiculer de fausses informations sur les participants ont échoué, de l’avis de plusieurs dirigeants politiques et leaders.

Les manifestants ont défié la police. Selon Moïse Jean-Charles, la manifestation (notifiée) de ce mardi 24 octobre lancée à  Pétion-Ville et qui a drainé des milliers d’habitants de la commune devant l’Église Saint Jean-Bosco « est une victoire de l’opposition, un défi relevé ».  Certains manifestants ont déclaré pour Loop Haiti qu’ils n’ont guère besoin de la bénédiction de la police pour manifester dans quel que soit la commune.

Sans grands incidents majeurs, la manifestation s’est déroulée de manière pacifique : les manifestants ont parcouru diverses rues de la commune de Pétion-Ville, Delmas, Port-au-Prince, Bicentenaire où ils étaient empêchés d’arriver devant les locaux du parlement. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour tenter de disperser la foule, ce qui a soulevé la colère des protestataires.

Le militant et ancien sénateur de la République annonce une nouvelle journée de mobilisation. Point de rassemblement : Carrefour aéroport. Destination : Parc Industriel, Minujusth, non loin de la Direction Centrale de la Police Judiciaire, (DCPJ). Jean-Baptiste Bien Aimé, sénateur du Nord-Est, a quitté ledit département pour prêter main forte à l’opposition. «  Jovenel veut instaurer une dictature dans le pays. Cette journée de manifestation est nécessaire » à  la survie de la démocratie.

Selon les déclarations de Schiller Louidor, membre influent de Fanmi Lavalas, « Jovenel Moise doit tirer sa révérence ». Plusieurs figures de la militance ont élevé leur voix pour dénoncer les violations du pouvoir en place de leurs droits démocratiques, en voulant revenir à la douloureuse époque des Duvalier. Pour dénoncer les dérives de l’administration Moïse-Lafontant qui, au lieu d’opter pour un autre type de gouvernance, mais choisit plutôt de s’allier à l’élite économique minoritaire.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :