Dimanche 23 Septembre, 2018

Manif : Moise Jean Charles victime d’une « tentative d’assassinat » ?

Moise Jean Charles lors d'une manifestation le 13 septembre 2017. Photo : Jeanty Junior Augustin/K2D

Moise Jean Charles lors d'une manifestation le 13 septembre 2017. Photo : Jeanty Junior Augustin/K2D

La première manifestation de la nouvelle année, ce mardi 9 janvier, s’ouvre sur de sérieux malentendus. Nombre de manifestants affirment que l’instigateur de la manif, l’ex-sénateur Moise Jean Charles, serait « victime d’une tentative d’assassinat » à l’intersection de Delmas 52 (autoroute de Delmas).

Junior Granjan, supporteur de pur sucre du leader la plateforme Pitit Desalin, confirme que l’homme « accusé d’assassin » poursuivait la manifestation depuis Pétion-Ville, à son point de départ.

« Ils ont voulu tuer notre chef, mais ils n’y arriveront jamais ! », sermonne-t-il. A en croire ses propos, cet inconnu serait un « délégué » du pouvoir en place.

 

N’était-ce l’intervention des agents du CIMO, le suspect aurait été passé à tabac par une foule en colère. 

Ce lundi, en conférence, Moise jean Charles a relâché quelques confidences concernant sa santé fragile. « Nous avons été attaqués à maintes reprises par des jets de gaz lacrymogène, tout le monde le sait. Sous recommandation de notre médecin, nous ne devons plus subir à nouveau de tels assauts  », insinuait-il.

Pendant au moins 60 minutes, la manifestation s’était arrêtée à l’intersection Delmas 52, sur l’autoroute de Delmas. Les manifestants espéraient la reaparution du leader en vue de reprendre le parcours qui devrait aboutir au Champ de Mars, précisément sur la place du libérateur Jean Jacques Dessalines, comme annoncé en conférence, hier.

Air de désolation pour certains, volonté de combattre pour d’autres, les manifestants ont dû avaler seuls le restant du parcours.

Une nouvelle fois, la manif va être arrêtée au carrefour de la Renaissance (anciennement carrefour de l’aéroport) à cause du déguerpissement de dizaines de manifestants. Les quelques autres ont dû rebrousser chemin pour des raisons inavouées.

Ainsi s'est terminée la première journée de manifestation de l’année en cours initiée par l’opposition démocratique, en l’occurrence le responsable de la plateforme Pitit Desalin Moise Jean Charles.