Mercredi 23 Octobre, 2019

Drame à Malpasse: 8 policiers Haïtiens se sont réfugiés en Rép. Dom.

Le cadavre de l'un des agents douaniers ayant fui, le 24 novembre, les scènes de violence à Malpasse, découvert au lac Azuei, le 26 novembre

Le cadavre de l'un des agents douaniers ayant fui, le 24 novembre, les scènes de violence à Malpasse, découvert au lac Azuei, le 26 novembre

Tout a commencé quand des agents douaniers ont arrêté un chauffeur de camion qui tentait de traverser la frontière de Malpasse pour effectuer un contrôle de routine, samedi 24 novembre dans la matinée. Le refus catégorique du chauffeur d’obtempérer aux injonctions des douaniers a provoqué une altercation entre ces derniers et le chauffeur.

Selon des informations rapportées par la direction générale de l’AGD, cette altercation a soulevé l’ire d’une foule qui a attaqué à coups de feu, de pierres et de machettes les agents de l’administration générale. Six (6) personnes en sont sorties mortes dont quatre (4) agents douaniers asphyxiés et brulés.

Pour  échapper à la fureur de la foule, des agents douaniers ont dû se réfugier au commissariat de Malpasse. Après des appels de secours infructueux, la République dominicaine a semblé être le dernier recours policiers affectés au commissariat. Evidemment, ils s’y sont réfugiés. Pour ceux qui refusent de le croire, le sénateur Youri Latortue a confirmé ses informations. Huit (8) de nos policiers la terre d’Haïti pour être secourus en terre voisine.

Ces agents de la PNH ont pu traverser de l’autre côté de la frontière grâce à l’aide du consul d’Haïti à Barahona, précise le sénateur Latortue. Arrivés en République dominicaine, les policiers se sont débarrassés de leurs armes et remis leurs badges aux autorités dominicaines pour être protégés. « Cette situation témoigne de la déchéance de l’Etat d’Haïti », déplore le parlementaire soulignant que ces armes ont été remises aux autres unités de la PNH qui s’étaient rendues sur les lieux après le drame.

Par ailleurs, le parlementaire estime que ces violences perpétrées samedi dernier résultent de la frustration des petits commerçants à l’égard des agents douaniers qui appliquent la mesure interdisant l’entrée par voie terrestre de 23 produits dominicain alors que des conteneurs traversent la frontière avec ces mêmes marchandises souvent avec la complicité des douaniers. Cependant, l’ancien président du sénat de la République juge que cela n’autorise pas les gens à se faire justice eux-mêmes.

Plusieurs organisations de la société ont exprimé leurs inquiétudes devant la montée de l’insécurité dans le pays, ces derniers jours. Le Directeur général de la police nationale Michel-Ange Gédéon a dénoncé notamment des circonstances horribles dans lesquelles des policiers ont perdu la vie. Le DG de la PNH a annoncé que l’institution qu’il dirige agira avec la dernière rigueur contre les auteurs des actes de violences.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :