Vendredi 3 Juillet, 2020

Maduro annonce la relance du programme PetroCaribe

Le président venezuelien Nicolas Maduro, lor sde son discours au sommet de de l’ALBA. Photo: Compte twitter de Nicolas Maduro

Le président venezuelien Nicolas Maduro, lor sde son discours au sommet de de l’ALBA. Photo: Compte twitter de Nicolas Maduro

En juin 2018, le Venezuela annonçait la suspension de ses livraisons aux pays signataires du pacte qui a vu naître le programme PetroCaribe. Cette décision marquait la fin d’une période de vaches grasses pour nombreux pays de l’Amérique latine et de la Caraïbe. 

En proie à une crise sans précèdent, le Venezuela veut renouer le pacte de sécurité énergétique qui liait, il y a de cela quinze ans, des pays d'Amérique centrale et des Caraïbes. Cet accord de coopération énergétique allouait le pétrole à des conditions préférentielles aux pays adhérents.

C’est le président vénézuélien Nicolás Maduro, lui-même, qui a fait la déclaration, samedi 14 décembre, à La Havane lors de la cérémonie de clôture du XVIIe sommet de l’Alliance bolivienne pour les peuples d’Amérique (Alba).

« Lors du bel acte de célébration des 15 ans de l’ALBA-TCP, j’ai ratifié la décision de relancer le mécanisme PETROCARIBE, qui représente la sécurité énergétique des peuples des Caraïbes, avec une grande force pour le premier semestre 2020 », a-t-il renseigné sur son compte Twitter.

Signataire de cet accord, Haïti a reçu sa première cargaison en 2008. En seulement une dizaine d’années, le pays a bénéficié d’environ 4 milliards de dollars d’aide pétrolière. Le dernier rapport de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA), soumis au Sénat de la république vendredi 31 mai 2019, évoque la dilapidation de ce fonds. L’actuel président Jovenel Moïse se trouve au cœur de ce vaste scandale de corruption.

Même s’il a promis la relance du programme PetroCaribe pour le premier semestre de l’année prochaine, Maduro n’a toutefois pas expliqué comment compte-t-il s’y prendre avec les sanctions américaines qui pèsent actuellement sur son administration.

Depuis juillet 2017, le Venezuela fait face à des pénalités. Washington avait décidé de geler tous les biens du gouvernement bolivarien aux États-Unis. Ils « ne peuvent pas être transférés, payés, exportés, retirés ou manipulés », selon un décret signé lundi 5 août 2017 par le président américain.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :