Dimanche 25 Octobre, 2020

Le lycée Philippe Guerrier du Cap ne peut pas résister aux séismes

Un professeur du lycée Philippe Guerrier, Robenson Ferdinand, signale au ministre de l’Éducation nationale, Pierre Josué Agénor, que cet établissement public situé dans le Cap ne pourra plus accueillir des activités scolaires.

Quelle que soit la magnitude, ce lycée, appartenu au patrimoine matériel du département du grand Nord, ne pourra pas résister à aucun séisme. Exposé au risque d’un tremblement de terre, ce bâtiment est construit depuis 1848, sans aucun respect des normes parasismiques.

Cette école, comme deux autres situées à Fort-Liberté (Lycée Paul Eugène Magloire) et à Port-de-Paix (Lycée Tertullien Guilbeau), compte plus d’un siècle d’ancienneté (170 ans). En attendant de réaménager d’autres espaces et de relocaliser ces écoles publiques, Robenson Ferdinand suggère au ministre de construire des abris provisoires afin d’assurer la continuité de l’année académique 2018-2019.

Selon lui, l’insertion dans le cursus scolaire des modules sur la gestion des risques et des désastres, secourisme et premier soin, est d’une importance capitale quand on sait que des menaces de catastrophes planent sur ce département touché, il y a une semaine, par un séisme de magnitude 5,9 ayant causé plusieurs morts et des centaines de blessés.

Rappelons que l’ingénieur géologue Claude Prepetit a indiqué que plus de 50 % des bâtiments du grand Nord sont vulnérables en cas de tremblement de terre, selon un rapport du PNUD, commandé par le ministère de l’Intérieur après le séisme du 12 janvier 2010.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :