Mercredi 28 Octobre, 2020

L’une des causes majeures de la pauvreté d’Haïti selon Forbes

Dan Sperling, résident dans l’État de Virginie, livre dans le prestigieux magazine économique américain une réflexion sur la pauvreté d’Haïti. Il  avance la thèse selon laquelle le paiement de la dette d’indépendance à la métropole française, pourtant vaincue par les Noirs esclaves de Saint-Domingue au prix de leur sang, serait l’une des causes majeures de notre pauvreté.

En 1825, à peine deux décennies après avoir acquis son indépendance contre toute attente, Haïti fut obligé de commencer à payer d'énormes «réparations» aux propriétaires d'esclaves français qu'il avait renversés. Ces paiements auraient été un fardeau énorme pour n'importe quelle nation naissante, mais Haïti n'était pas n'importe quelle nation naissante; c'était une république formée et dirigée par des Noirs qui s'étaient soulevés contre l'institution de l'esclavage. En tant que telle, l'indépendance d'Haïti était considérée comme une menace par tous les pays propriétaires d'esclaves - y compris les États-Unis - et son existence même avait un effet global sur les sensibilités racistes à l'échelle mondiale.

 Ainsi, Haïti - minuscule, appauvri et tout seul dans un monde hostile - n'avait guère d'autre choix que d'accéder aux demandes de réparation de la France, qui furent livrées à Port-au-Prince par une flotte de navires de guerre lourdement armés en 1825.

En se conformant à un ultimatum qui équivalait à de l'extorsion, Haïti a gagné l'immunité contre l'invasion militaire française, le soulagement de l'isolement politique et économique - et une dette paralysante qui a pris 122 ans pour être payante. Grâce aux contributions volontaires des citoyens haïtiens, dont la plupart étaient désespérément pauvres, cette dette fut finalement réglée en 1947. Mais des décennies de paiements réguliers avaient rendu le gouvernement haïtien chroniquement insolvable, contribuant à créer un climat d'instabilité omniprésente.

La demande de réparation adressée à Haïti semble aujourd'hui extravagante, ce qui équivaut à un kidnappeur qui poursuit en justice son otage évadé pour le coût de la réparation d'une fenêtre qui avait été brisée pendant l'évasion. Et bien que le gouvernement français actuel ne puisse pas être blâmé pour le fiel du roi Charles X (le dirigeant de la France en 1825), un minimum de responsabilité historique serait bien. Alors que la France se classe toujours parmi les nations les plus riches du monde, Haïti - avec un revenu annuel par habitant de 350 $, un réseau électrique qui échoue régulièrement et un réseau de routes qui sont plus de 50% non goudronnées - est en proie à la sécheresse, aux pénuries et une économie en difficulté.

Pour le «crime» de secouer le joug de la servitude involontaire, Haïti a payé consciencieusement les réparations de la France sur près de six générations - avec intérêt. La France devrait maintenant faire la bonne chose et rembourser ces paiements, estimés à 21 milliards de dollars. Ce qui serait une maigre pitance dans le budget national français est désespérément nécessaire par Haïti et pourrait l'aider à commencer une reprise à grande échelle qui semblerait être une manne du ciel à son peuple qui souffre depuis longtemps.

Traduit de l’anglais par Loop Haïti

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :