Dimanche 9 Août, 2020

L'ULCC demande l'activation de l'action publique contre Bellevue

L'ULCC active l'action publique contre l'ex ministre Bellevue

L'ULCC active l'action publique contre l'ex ministre Bellevue

L’Unité de Lutte contre la Corruption réactive le dossier des kits scolaires en demandant au tribunal de première instance de Port-au-Prince de mettre l’action publique en mouvement contre l’ex-ministre des Affaires sociales et du Travail Roosevelt Bellevue. Cette requête concerne également son chef de cabinet, l’administrateur du MAST et 7 personnes responsables de 6 entreprises.

Ils sont, en effet, accusés de « passation illégale de marchés publics et surfacturation au détriment de l’Etat conformément aux articles 5.12 et 5.8 de la loi du 12 octobre 2014 portant prévention et répression de la corruption ». Cette information relayée par plusieurs médias nationaux intervient 48 heures après que le commissaire du gouvernement, Me Ocnam C. Daméus, ait demandé aux banques publiques et privées de geler les comptes de certaines entreprises soupçonnées dans ce dossier.  

Me Daméus a, 24 heures plus tard, annulé sa décision. Selon le Nouvelliste, « les sept responsables des six entreprises sont indexés de complicité de surfacturation ». Roosevelt Bellevue et les autres sont accusés pour « association de malfaiteurs ».

L’ULCC demande également à la Direction Générale des Impôts de tout mettre en œuvre pour recouvrer les frais de 40 370 000 gourdes qui seraient le coût de la surfacturation encaissé par trois des six fournisseurs des kits scolaires.

Dès l’entame de cette affaire, Roosevelt Bellevue avait toujours clamé son innocence. Quelques mois après son accusation, il a été nommé en tant que représentant d’Haïti à l’OMC.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :