Mercredi 11 Décembre, 2019

Haïti: l’opposition déplie son nouveau calendrier de mobilisation

Manifestations et mobilisations générales à l'appel de l'opposition pendant toute la semaine du 28 octobre au 5 novembre./Photo: Loop Haiti.

Manifestations et mobilisations générales à l'appel de l'opposition pendant toute la semaine du 28 octobre au 5 novembre./Photo: Loop Haiti.

Le calendrier de protestation qui couvre toute la semaine du 28 octobre au mardi 5 novembre est dévoilé ce lundi après-midi lors d’une conférence de presse donnée par les membres de l’opposition.

Les opposants appellent toute la population à mobiliser dans les zones et villes respectives, afin de réclamer le départ de Jovenel Moïse. Les leaders de l’aile dure de l'opposition dont Nenel Cassy, Youri Latortue ainsi que d’autres anciens parlementaires, s’étaient réunis ce lundi après-midi au local du MOPOD, à Turgeau, afin de fixer leur position sur la crise. Les manifestants ne quitteront pas la rue jusqu’à ce que Jovenel Moïse laisse le pouvoir, selon les propos tenus par les conférenciers. « La paix, la communion [entre tous les secteurs et le peuple haïtien, ndlr], le progrès passent d’abord par la démission du président », a indiqué Nenel Cassy.

Maître André Michel a, dans sa prise de parole, demandé aux manifestants de faire preuve de « discipline et de principe » dans cette lutte contre l'équipe au pouvoir menée par divers secteurs depuis plusieurs semaines. Mardi 29 octobre, les ouvriers [de la sous-traitance ou du textile, ndlr] regagneront les rues pour une nouvelle journée de manifestations contre les conditions inhumaines de vie et de travail. Mercredi 30 octobre, tout le secteur hospitalier : médecins, infirmières, sages-femmes, ambulanciers, secouristes, bref tous les professionnels de santé seront dans les rues mercredi de manière pacifique.

Jeudi 31 octobre, ce sera au tour des chauffeurs de motocyclettes de faire entendre leur voix dans la capitale, a poursuivi André Michel. Vendredi 1er novembre, jour de la Toussaint, ramènera le 100e anniversaire de la mort de Charlemagne Péralte, résistant à l’occupation américaine. « Vendredi, nous allons saluer la mémoire de Charlemagne Péralte », a-t-il fait savoir, rappelant le besoin de « construire un pays solide, souverain, calqué sur le modèle dessalinien ».

Samedi 2 novembre, mobilisation générale dans tout le pays et dans les villes de province qui, dit-il, communiqueront elles aussi bientôt leur calendrier d’activité. Dimanche 3 novembre, jour des funérailles du journaliste Néhémie Joseph assassiné semaine passée à Mirebalais, sera une journée de solidarité aux victimes de répression du gouvernement. Lundi 4 novembre sera consacré « journée de deuil national ». Depuis 4h du matin, les militants seront debout pour exiger le départ de M. Moise. Mardi 5 novembre, c’est l’opération baptisé « Mete lod nan dezod » dans l’administration publique. L’opposition appelle les protestataires à confisquer tout véhicule de ministres démissionnaires ou de directeurs généraux circulant sur les voies publiques avec les véhicules de service de l'Etat alors qu'ils ne sont plus en fonction. 

André Michel exhorte aux manifestants de ne pas attaquer, ni agresser les journalistes, les enfants, le personnel ambulancier, les femmes enceintes. Il annonce que la mobilisation sera maintenue jusqu’à ce que Moïse, qui ne cesse d'appeler au dialogue, quitte le pouvoir. 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :