Mardi 17 Septembre, 2019

L’insécurité alimentaire menace 2,6 millions de personnes en Haïti

Illustration de denrées alimentaire - Crédit Photo : Site Web CNSA

Illustration de denrées alimentaire - Crédit Photo : Site Web CNSA

Le Conseil National pour la Sécurité Alimentaire (CNSA) dans son dernier rapport de classification de la phase de sécurité alimentaire (IPC) en Haïti (octobre-décembre 2018) a souligné la pénurie d’aliment qui menace 2,6 millions de personnes en Haïti. Au cas où la situation persiste, 571 mille autres personnes seront dans une situation d'urgence alimentaire entre mars et Juin 2019.

Une présentation du cadre intégré de classification de l’IPC, a été faite par l’agronome Hilaire de la CNSA. L’IPC qui est l'indice des prix à la consommation est l'instrument de mesure de l'inflation. Il permet d'estimer, entre deux périodes données, la variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages. C'est une mesure synthétique de l'évolution de prix des produits, à qualité constante.

Basé sous un ensemble d’outils et de procédures (protocoles) pour la classification de la sévérité et des causes de l’insécurité alimentaire, il montre deux phases à travers ses résultats : la phase stress pour trois départements concernés : Nord, Centre et l’Ouest (1,3 à 2,1 million de personnes) ; la phase crise : Six départements concernés : Grand-Anse, Sud, Nippes, Sud-Est, Nord-Ouest, Nord- Est (2 à 2,6 million de personnes).

D’après le CNSA, il existe une détérioration significative de la sécurité alimentaire et de la situation nutritionnelle des ménages ruraux. Le cadre intégré de classification IPC Phase 3 souligne que 2,2 millions de personnes font face à une insécurité alimentaire aiguë dont 386,000 dans une situation d'urgence alimentaire en Phase 4.

D'octobre 2018 à janvier 2019, certaines zones de moyens d'existence resteront en Stress (phase 2 de l’IPC) ; d'autres, en Minimale (phase 1). Cependant, certains ménages touchés par la sécheresse (dans le Nord et le Nord-Est), s’ils ne se remettent pas entièrement des chocs antérieurs, pourraient se retrouver en crise (IPC phase 3).

Il convient de souligner que dans les allocations des crédits budgétaires dans le projet de loi de finances 2018-2019, seulement 6, 8 % du budget est alloué au Ministère de l’agriculture.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :