Jeudi 9 Juillet, 2020

L’histoire motivante de l’Haïtien Oles Meronvil en Argentine

L’histoire motivante de l’étudiant haïtien Oles Meronvil en Argentine

L’histoire motivante de l’étudiant haïtien Oles Meronvil en Argentine

Il y a 7 ans, Oles Meronvil laissait Haïti, son pays natal, pour entamer des études universitaires en Argentine. Il a reçu le 28 novembre dernier – le jour de son anniversaire – son diplôme en génie électromécanique de la faculté d’ingénierie de la Universidad Nacional del Nordeste (UNNE). Des Cayes à Resistencia, le jeune Haïtien a aussi emprunté une voie semée d'embûches, mais il s'est démené pour accomplir son rêve de devenir ingénieur.

Entre la capacité d’accueil restreinte de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) et la cherté des meilleures universités privées, faire son entrée à l’université en Haïti s'avère complexe. En revanche, Oles Meronvil avait appris d’un cousin vivant en Argentine que les universités sont gratuites là-bas. Dans une entrevue accordée à Loop Haiti, il raconte qu’en apprenant cela, il avait très vite compris qu’il fallait tenter sa chance.

« J’avais étayé ma décision à ma mère qui avait décidé de m’aider malgré nos maigres ressources financières », révèle le désormais ingénieur électromécanicien qui allait rejoindre l’Argentine le 4 janvier 2012. Après avoir passé 3 mois à Buenos Aires, Meronvil – conseillé encore une fois par son cousin – avait déménagé à Chaco, Resistencia.

« À mon arrivée, j’avais travaillé comme cuisinier pendant un an avant d’entreprendre mon cheminement académique en génie électromécanique en 2013 », explique l’intéressé. 5 ans plus tard, le cycle d’études est bouclé et Oles Meronvil prépare son travail final qu’il vient de présenter fin novembre dernier.

 

 

Se servir des obstacles pour se motiver

Horaire difficile, barrière linguistique, discrimination… Oles Meronvil reconnaît avoir vécu une histoire « assez compliquée » en Argentine. « Mes journées ont été partagées entre mes études et un job de serveur dans un bar. Il m’en a fallu du courage pour réussir. Mon secret est que je n’ai pas peur des difficultés. J’ai puisé ma motivation dans le fait que j'aime m’adonner au travail, d’ailleurs j’ai passé mon enfance à travailler dans les rizières et à aider mon père dans les champs de maïs aux Cayes », détaille-t-il.

La barrière linguistique ralentissait l’adaptation de Meronvil durant les deux premières années à l’université. « Au début, je ne parlais pas ou ne comprenais pas si bien l'espagnol. En ce sens, les enseignants et les camarades de classe étaient toujours prêts à m'aider à comprendre le contenu des cours », avoue-t-il.

Outre son « envie de faire la fierté de sa famille », le natif des Cayes s’est servi des obstacles pour se motiver. Oles Meronvil a côtoyé le racisme au quotidien en Argentine. « Le racisme est réel là-bas (Argentine, NDLR). J’ai subi beaucoup de discriminations sur mon lieu de travail. Les gens m’ont manqué de respect juste parce que je suis noir », a expliqué Oles Meronvil précisant, dans la même veine, que ces situations embarrassantes l’ont permis de nourrir sa motivation.

« J’ai toujours pensé qu’avec mon diplôme, les gens me traiteront d’une autre manière. C’est pourquoi je me suis donné à fond dans la poursuite de mes études en dépit des obstacles », rajoute-t-il.  

L’ingénieur se dit prêt à apporter son expertise partout dans le monde, en Argentine où il a été formé ou encore dans sa mère patrie, Haïti. En tant qu’Haïtien, c’est triste, admet-il, de savoir qu’il est peu probable de trouver des opportunités pour se mettre au service de son pays. Toutefois, il manifeste son envie d’y retourner si tant est que cela soit possible, afin d’apporter son aide.

Rode Louis Azer Chéry

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :