Mercredi 28 Octobre, 2020

L'Haïtienne boursière de la Fondation Obama parle de ses ambitions

Nedgine Paul Deroly, première haïtienne boursière de la Fondation Obama en 2018. Elle la CEO de l'organisation "Anseye Pou Ayiti".

Nedgine Paul Deroly, première haïtienne boursière de la Fondation Obama en 2018. Elle la CEO de l'organisation "Anseye Pou Ayiti".

Nedgine Paul Deroly entre dans le cercle des prestigieux leaders mondiaux à avoir bénéficié d’un programme "Fellowship" de la Fondation Obama. La fondatrice de l’organisation Anseye Pou Ayiti (APA) rejoint les 20 finalistes de ce concours convoité par au moins 20,000 participants à travers le monde.

À Loop Haïti, elle détaille ses objectifs après ce succès. L’éducatrice explique avoir attendu, pendant quelques jours, les consignes de la Fondation Obama pour rendre publique la nouvelle. « C’est un programme qui choisit des leaders qui s’investissent dans des actions civiques au sein de leur communauté pour combattre l’injustice sociale et l’inégalité », a commencé Nedgine P. Deroly.

À partir du mois de mai, la native de Port-au-Prince entamera un cursus réparti sur deux ans et participera à une série de conférences. Elle aura l’occasion de partager ses idées avec les autres leaders sélectionnés en vue de trouver les meilleurs moyens d’influencer sa communauté.

« Pour être sélectionné, le leader doit avoir commencé l’initiative depuis plusieurs années. Elle doit également se porter vers des actions transformatrices », dit Mme Deroly questionnée à propos des critères de sélection.  En ce sens, elle en a profité pour présenter les perspectives de son organisation.

« Nous sommes satisfaits du progrès de nos apprenants leaders. Ils ont apporté du renouveau dans leur communauté et nous avons pu recruter, à travers les 10 départements, plusieurs autres personnes qui intégreront la prochaine cohorte », poursuit-elle. Actuellement, l’organisation s’étend dans 5 communes différentes : Gros-Morne, Gonaïves, Mirebalais, Boucan Carré et Hinche.

Une autre perspective de l’éducation en Haïti

APA veut changer les pratiques de l’enseignement en Haïti en aidant les enseignants leaders à s’adapter aux conditions de leurs apprenants. Elle plaide particulièrement pour l’inclusion du créole dans toutes les salles de classe et le bannissement du châtiment corporel, deux pierres d’achoppement pour l’éducation en Haïti qui datent de l’introduction des premières écoles.

« Ce qui nous différencie des autres programmes de leadership dans les milieux scolaires est notre valorisation des richesses de la culture haïtienne », explique Mme Deroly. Anseye Pou Ayiti compte inverser la tendance pédagogique qui rejette les valeurs culturelles haïtiennes. Pour Nedgine P. Deroly, le système éducatif forme des citoyens qui ont honte de leur origine. « Et, cela commence sur les bancs de classe », dit-elle pour conclure.

L’objectif d’Anseye Pou Ayiti est de former 20,000 leaders civiques d’ici 2020 comprenant des enseignants-leaders, des ambassadeurs, des apprenants, des directeurs d'écoles, des parents, etc. La méthode d’enseignement est favorisée dans les milieux ruraux où les conditions s’avèrent difficiles. Elle a porté ses résultats.

Les écoles qui ont adopté la méthode ont enregistré un taux de succès de 84% contrairement aux autres qui n’obtiennent que 30%. En juin 2017, 1/3 des salles de classe où enseigne un enseignant leader a atteint la barre des 100% en juin dernier. APA a déjà collaboré avec 50 écoles partenaires et formé 5,100 apprenants depuis son existence.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :