Mardi 22 Septembre, 2020

L’étudiant haïtien Richenel Ostiné distingué au Canada

Les étudiants et professeurs distingués à la quatrième édition du Gala Distinction et Reconnaissance organisé par l'Université Laval. Crédit photo: Laval/ Facebook

Les étudiants et professeurs distingués à la quatrième édition du Gala Distinction et Reconnaissance organisé par l'Université Laval. Crédit photo: Laval/ Facebook

Il n’en fallait pas plus qu’un an pour que Richenel Ostiné imprime déjà ses empreintes dans la communauté québécoise. Il vient d’être honoré à l’Université Laval pour son excellence académique, son leadership et sa persévérance lors de la quatrième édition du Gala Distinction et Reconnaissance mardi 12 novembre.

Treize mois se sont seulement écoulés depuis que Richenel Ostiné a déposé ses valises à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval. Et déjà une distinction empochée aux côtés d’une soixantaine d’autres membres de l’institution 12 novembre dernier. Une expérience qui l’enchante certes, mais qui invite déjà à une mise en examen.

« C’est énorme parce que je n’ai même pas encore deux ans ici », commente-t-il à la rédaction ce jeudi soir. « C’est un signe de progression, un invitation à s’améliorer davantage. Un indice qui montre qu’on est sur la bonne voie, qu’on a une oreille attentive, qu’on ne vit pas isolé », reconnait-il. 

Que s’est-il passé au juste ? Depuis quatre ans la Faculté des sciences de l’éducation de Laval (première université francophone des Amériques) a mis sur pied un programme qui permet de distinguer professeurs et étudiants qui ont marqué l’institution de par leur engagement, leur parcours académique où, tout bonnement, des initiatives inspirantes qui ont jalonné leur cycle de vie. 

« C’est une distinction qui allie vie personnelle, parcours académique et engagement associatif », résume Monsieur Ostiné. Laval s’est un peu retournée dans les archives qui contiennent le théâtre de la vie de chacun pour voir de quelle manière le candidat au titre a su se faire remarquer où se dépasser dans la communauté à laquelle il appartient bien avant d’intégrer l’institution.  

Son statut d’ex-coordonnateur de l’Association des étudiants antillais à l’Université Laval (AEAUL) dont le rôle est de promouvoir la culture caribéenne, a beaucoup contribué également.

« Il y a une résonance positive par rapport à cela, et cet évenement me permet d’avancer et de continuer à proposer des choses intéressantes », explique-t-il, visiblement heureux à l’autre bout du fil. « Indépendamment de la couleur de ta peau, ta zone de provenance, tu peux apporter de la valeur ajoutée. Il n’y a pas de plafonnement, tu dois faire preuve d’assiduité, de continuité dans l’effort ».  

«Je suis venu au Québec pour donner le meilleur de moi-même, et m’accaparer de ce qu’il y a de meilleur dans cette communauté », prévient-il.

Il y a un mal que Monsieur Ostiné ne peut pas se défaire partout où il passe : Haïti. « Ce pays ne m’a jamais quitté », avance-t-il. L’on peut faire confiance à ses propos parce qu’à la fin de l’année dernière il a publié une tribune dans les colonnes de Loop dans lesquelles il appelle à ne pas se désespérer de la « terre que nos ancêtres ont laissé comme héritage », pour reprendre une phrase fétiche inscrite dans un bouquin classique haïtien.

Toutefois, il est déjà frappé par l’énigme du retour. « Ça dépend ! », s’est-il contenté de répondre à la question s’il reviendra au pays pour achever la course. « Haïti n’est jamais trop loin. Seulement, il faut savoir se séparer des choses qu’on aime pour pouvoir revenir en de meilleures circonstances », dit-il, avec une voix rauque cette fois. « La crise que connait actuellement le pays ne saurait me laisser indifférent, et ne pas m’inviter à revoir mes plans d’avenir ».

Websder Corneille @webscorneille

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :