Mardi 7 Juillet, 2020

Lettre ouverte de Beethova Obas au gouvernement haïtien

Lettre ouverte de Beethova Obas au gouvernement haïtien

Lettre ouverte de Beethova Obas au gouvernement haïtien

Haïti est rongé par une crise incessante. Après les manifestations du 7 février, les haïtiens ont passé près de deux semaines dans la rue à exiger en autres la démission du président de la République dont le nom a été cité dans le scandale de gaspillage des fonds Petrocaribe. Beethova Obas, chanteur engagé, a adressé une lettre au gouvernement haïtien pour exprimer son inquiétude face « à la descente en enfer de [son] pays. » L’interprète de « couleur café » se dit attristé de constater l'impuissance du peuple face à l’injustice et l’impunité qui gangrènent la nation. Mais Obas se dit "optimiste".

Ci-dessous la lettre de l'artiste.

« Messieurs,

Depuis quelques jours je souffre d’insomnie…

Je suis sans relâche la descente aux enfers de mon pays à la dérive, causée par des manipulateurs et faute de dirigeants.

Je souffre de constater combien mon peuple, tout comme moi, est impuissant face aux injustices. Notre nation est devenue un troupeau de brebis livrées à la merci des loups affamés.

Je souffre dans l’âme parce que les bergers font entrer les loups dans la bergerie en toute impunité. 

Je souffre en tant qu’auteur, désolé que mon stylo ne soit une baguette magique et qu’il ne puisse d’un geste, changer le devenir de ma nation. Je demeure cependant optimiste car, si chaque citoyen patriote, honnête et capable se met autour de la table pour former un seul bloc, nous parviendrons à renverser la vapeur et à réaliser enfin ce qui aujourd’hui paraît impossible. 

Et vous, dirigeants actuels de mon pays, en êtes-vous capables ?

Accepterez-vous de ne pas utiliser l’appareil d’État pour protéger les coupables ?

Accepterez-vous de livrer les complices à la justice ?

Une vraie justice ? 

Toute vie en ce bas monde doit faire face à la mort, rencontre inéluctable… En Haïti, vivre et rester debout tient du parcours du combattant. Il nous faut une colonne vertébrale et cela requiert le sens de l’honnêteté et de la dignité.

Rendez justice à mon peuple ! Il a assez giclé dans la misère et il y restera hélas encore longtemps ! Alors de grâce, ne lui ôtez pas sa dignité, c’est tout ce qui lui reste et que d’autres convoitent. »


Beethova Obas
Ambassadeur de la paix
22 février 2019

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :