Mercredi 22 May, 2019

L’Etat peine à payer ses employés: des députés exigent une explication

Les députés de l'opposition Abel Descollines et Jean Marcel Lumérant/ Photo: Luckson Saint-Vil

Les députés de l'opposition Abel Descollines et Jean Marcel Lumérant/ Photo: Luckson Saint-Vil

Alors que l’on est presqu’au milieu du mois de mars, une bonne partie des fonctionnaires publics n’ont pas encore reçu leurs salaires pour le mois de février. Des députés de l’opposition dénoncent ce retard et rejettent d’un revers de main les raisons avancées par le gouvernement, prétextant que les 10 jours de protestation violente qu’a connu le pays serait l’une des causes principales.

Le député de Mirebalais Abel Descollines rejette les raisons liées aux derniers troubles sociopolitiques avancées par le ministre de l’économie et des finances Ronald G. Décembre pour justifier ce retard de paiement. L’élu de Mirebalais croit de préférence que cette situation est due à la gestion catastrophique faite par l’équipe au pouvoir. Il a cité en exemple la parade de noël organisée à Pétion-ville en décembre 2018 qui a coûté 80 millions de gourdes à l’Etat haïtien.

Abel Descollines justifie ses propos par l’incapacité des autorités à effectuer des versements pour des projets d’investissements communaux insérés dans les lois finances des années 2016-2017 et 2017-2018. A cet époque, il n’y avait pas eu l’opération baptisée « pays lock », argumente le député, soulignant que les 10 jours de “pays lock” ne peuvent pas retarder le paiement des salaires des employés de l’administration publique.

“C’est une fausse raison. Un discours démagogique”, dénonce l’actuel président de la commission affaires sociales de la chambre basse. Pour lui, membre de l’opposition mais élu pour la première fois en 2010 avec PHTK (partie du président Jovenel Moïse), cette situation est une résultante de la mauvaise utilisation des ressources de l’Etat. Descollines exige des explications claires de l’équipe gouvernementale, afin de faire la lumière sur ce dossier.

“Les mesures de restrictions adoptées par le gouvernement sur ces différents projets est une violation flagrante de la loi de finances”, souligne pour sa part le député Jean Marcel Lumérant. L’élu de Grand-Goâve rappelle que le budget est d’exécution stricte, et que le gouvernement ne peut adopter aucune mesure pas avant une nouvelle loi.

Jésula Simon et Luckson Saint-Vil

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :