Samedi 22 Septembre, 2018

Les vodouisants veulent construire des forêts sacrées en Haiti

Dans le but de contribuer à la protection de l’environnement et à la re-sacralisation d’Haïti, l’Empire Vodou d’Haïti compte entreprendre, en collaboration avec les collectivités, la création de petites forêts sacrées sur tout le territoire national. L’idée est aussi d’empêcher la disparition de certaines plantes médicinales dans le pays, nous dit l’Empereur national, Garnier Séjour dans une interview téléphonique avec Loop Haiti.

Mercredi, des vodouisants, membres de l’ « Empire Vodou d’Haïti », ont rencontré, à Petit-Goâve, la Mairie de la commune en vue de discuter sur de possibles champs de collaboration entre les deux entités.

Durant les échanges, les religieux vaudous baptisés « démembrés » ou les ‘dantis’ ont manifesté leur volonté de participer notamment à la protection de l’environnement, par le reboisement et pour aller plus loin, sur la possibilité d’avoir un espace où cultiver des plantes médicinales susceptibles d’aider la population en cas de besoin.

C’est d’ailleurs dans cette commune qu’ils comptent, à partir du 1er mai - fête de l’agriculture et du travail en Haïti -, commencer la compagne de reboisement et de création des petits jardins sacrés, en plantant un millier d'arbres avec l’aide des jeunes.

« Les ‘demanbre’ entendent également prendre part à la formation des jeunes en présentant des conférences sur le vaudou, la culture haïtienne et nos potentialités spécifiques. Nous préconisons un vaudou économique, historique, culturel, communautaire et un vaudou de service », avait déclaré, le jour de la rencontre, l’empereur Garnier Séjour, au micro du journaliste Guyto Mathieu.

L’objectif est la construction d’une nouvelle société haïtienne, culturellement et socialement solide et consciente a-t-il dit, ajoutant que c’est « pourquoi nous allons nous atteler à la préservation de notre environnement et planter des arbres sacrés notamment les palmistes, Mombin, figuier, Mapou, kalbas. Selon l’Empereur, ces arbres qu’ils comptent planter peuvent non seulement produire de l’énergie et des vibrations positives, mais aussi, « ils alimentent nos sources en eau »

« Nous allons  faire un jardin sacré », poursuit-il, convaincu que ceci peut être une arme contre la crise écologique et la disparition des espèces végétales et contenant des capacités importantes dans l'espace naturel haïtien.

Si l’idée de construire un jardin sacré, en collaboration avec la Mairie de Petit-Goâve, marque un pas en avant contre le déboisement et vers la remise en terre des arbres en Haïti, elle est aussi motivée par autre chose : la création de gites où les loas (esprits dans la religion vaudoue) pourront habiter. Un coup de poing contre la désacralisation « sans précèdent » enregistrée dans l’histoire d’Haïti.  

Dans le temps, les hauts dignitaires du secteur ont annoncé, pour le 18 mars prochain, une conférence qui se tiendra aux locaux du Lycée Faustin Soulouque de Petit-Goâve, à l’intention des écoliers et des jeunes intéressés. «  Nous voulons commencer par la jeunesse », disent-ils. Cette conférence aura lieu à l’occasion de l’anniversaire de la bataille de la Crète à Pierrot, qui fut la première de toute une série contre l’esclavage.