Mardi 22 Octobre, 2019

Haïti: les vacances des députés risquent-elles d’être rallongées ?

Depuis la semaine dernière, des doutes planent quant à la possibilité que l’assemblée nationale marquant l’ouverture de la première session de la quatrième et dernière année législative se tienne, ce lundi en raison du conflit ouvert entre le président de ladite assemblée et un groupe de députés.

Ces derniers ont exigé des excuses publiques de Joseph Lambert qui, selon eux, a tenu des propos diffamatoires à l’encontre du député Lavalas, Bélizaire Printemps, lors de la séance de travail avec le Conseil supérieur de la police nationale au Sénat de la République en décembre dernier. Joseph Lambert aurait laissé entendre que le député de la première circonscription de Port-au-Prince a aidé le chef de gang Arnel Joseph à s’enfuir du village de Dieu lors d’une opération policière.

En date du 11 janvier 2019, un groupe de dix(10) députés écrivent au Président du Sénat, Joseph Lambert, pour lui demander de céder sa place au vice président Gary Bodeau, pour présider la séance en Assemblée nationale, l’unique condition pour ne pas perturber la séance.

« Par correspondance en date du 6 décembre 2018, les  députés Manès Louis, Roger Millien, Jean Robert Bossé, Bertrand Sinal, Reynal, Exantus, Bélizaire Printemps vous ont demandé de présenter des excuses publiques tant qu’à ce dernier qu’à la chambre des députés pour avoir insinué des propos diffamatoires lors de la séance du sénat de la république en date du 4 décembre 2018 qui portent atteinte à l’honneur et a la considération du collègue Printemps », rappellent les députés dans leur nouvelle correspondance datée du 11 janvier de l’année en cours.

« En conséquence, les députés signataires de la présente vous seraient gré de bien vouloir permettre au vice-président de l’assemblée nationale, l’honorable député Gary Bodeau de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de présider la séance en assemblée nationale du lundi 4 janvier 2019. Cela constitue la condition sine qua non pour ladite séance puises se dérouler en toute sérénité et que votre maladresses ne donne pas lieu un scandale de trop qui caractérise votre passage à la présidence du sénat de la république », écrivent les 10 députés protestataires.

Selon les articles 92.2, 98, 98.1, 98.3 alinéa 10 et 151 de la Constitution en vigueur, la première session va du deuxième lundi de janvier au deuxième lundi de mai. La seconde, du deuxième lundi de septembre. La constitution prévoit que le Premier ministre présente le bilan des activités de son gouvernement et le président de la République fera l’exposé général de la situation du pays.

Si le président de l’Assemblée nationale ne satisfait pas les demandes de ce groupe de députés, assistera-on à un prolongement de vacances des députés qui n’ont même pas de bilan satisfaisant pour les premières années ?

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :