Vendredi 20 Septembre, 2019

Haiti-insécurité: un présumé bandit accuse des autorités de l'Etat

Intervenant hier mardi soir sur les ondes de Radio Méga, à l’émission Boukante lapawòl, le présumé bandit, Arnel Joseph a fait de troublantes déclarations sur une éventuelle complicité de certains hauts responsables au niveau de l'Etat dans la dégradation de la situation au sein de certains quartiers populaires.

Les rafales d’armes automatiques et les échanges de tirs qui ont eu lieu vendredi dernier, entre des bandits et des unités de la police ne sont qu’une tentative en vue de détourner l’attention et l’opinion publique du PetrocaribeChallenge, selon le présumé bandit, évadé du pénitencier national en mai 2017. « L'affaire est politique et c’est une guerre inutile, dit-il, déclarée par des hommes lourdement armés de la Base Pilate (localisée à 2e avenue Bolosse) qui obtiennent le plein soutien des pro-PHTK et des policiers ».

Arnel Joseph va plus loin et pointe du doigt Youri Chévry, maire de Port-au-Prince. Le premier citoyen de la ville aurait distribué, jeudi soir la veille des troubles d’insécurité au Bicentenaire, des armes automatiques à un certain Ti-Frè et Ti-Greg. « Un T-65, une carabine M-4, deux sacs de minutions et une enveloppe jaune ont été remis sur la Place Jérémie à ces hommes », déclare-t-il haut et fort. Certains auraient même des uniformes de la police, information que confirme un habitant du quartier de Bolosse, lieu habituel d’affrontements entre les bandits de Grand-Ravin et ceux de Base Pilate.

Cette bouleversante affaire de connexion de bandits avec des hauts responsables de l’État est un sujet inquiétant quand on sait que l’État est l’instance appelée à combattre la criminalité. Saint-Jean Romélien, connu sous le sobriquet de Tèt Kale, et appréhendé à l’aéroport international Toussaint Louverture alors qu’il s’apprêtait à voler pour le Mexique, était un supporter et un allié du régime Tèt Kale.

Des voitures officielles et véhicules immatriculés Services de l’État et au vitre fumé, circulent librement dans ces quartiers et partent à la rencontre des membres de gangs, témoignent des habitants. À ce sujet, le DG de la PNH est invité, ce jeudi au parlement autour des connexions de certaines autorités avec des bandits, mais aussi avec des policiers (ndlr).

C’est Jean-Renel Sénatus, président de la commission Justice, Sécurité et Défense du Sénat de la République qui appelle le président du grand Corps à inviter le numéro 1 de la police à une rencontre.

« Michel-Ange Gédéon avait révélé que les policiers déployés sur les périmètres extérieurs de Martissant, de Village-de-Dieu et de Grand-Ravine ont constaté des véhicules officiels et des ambulances faisant des va et vient dans ces zones occupées par des bandits », peut-on lire dans un article du Nouvelliste.

Jean Renel Sénatus déplore les « connexions » qui existent entre certaines autorités du pays et les bandits. Il dénonce aussi une « entente » avec le chef de gang Arnel. Ce qui lui permet de prendre les armes quand bon lui semble et de terroriser la population de Village-de-Dieu. « Les autorités ne doivent plus continuer à armer les jeunes garçons et les transformer en bandits. Ce genre de comportement est anormal. Ils doivent être sanctionnés ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :