Lundi 19 Février, 2018

Des travailleurs des "bateys" manifestent en République Dominicaine

Manifestation de l'Union des Femmes de Cañeras pour exiger le statut de résidence aux travailleurs de la canne-à-sucre. Photo: El nuevo Diario

Manifestation de l'Union des Femmes de Cañeras pour exiger le statut de résidence aux travailleurs de la canne-à-sucre. Photo: El nuevo Diario

L'Union des Femmes de Cañeras, une organisation féminine, a foulé le macadam de Santo Domingo hier lundi pour exiger des autorités dominicaines leur reconnaissance en tant que résidents permanents. La manifestation a été organisée devant la Direction Générale des Migrations et des Passeports.

Les membres de l’organisation ont brandi des pancartes et lancé des slogans pour appuyer leurs revendications. Certains manifestants, travaillant dans le secteur de la canne-à-sucre, ont déclaré qu’ils attendent depuis 50 ans ce statut des autorités dominicaines.

Jesús Núñez, porte-parole de l’Union des Femmes de Cañeras, a déclaré que c’est une injustice de la part de l’Etat dominicain qui ne respecte pas la liberté de ces gens et empêche leur développement social.

Selon lui, « le gouvernement doit respecter l'engagement pris en 2014, d'embaucher des journaliers entre Haïti et la République Dominicaine, pour réguler le statut migratoire de ce secteur » a rapporté El Nuevo Diaro.

« Mon père est mort dans la canne, regarde-moi, je suis vieux et j'ai fini de travailler la canne », a déploré Ramonita Charles, une femme de 65 ans qui dit avoir travaillé dans l'ancien moulin à sucre de Rio Haina. Jusqu’à présent, l’Etat dominicain ne lui a pas accordé sa pension.

Des soldats ont été placés à proximité du bureau de l'immigration pour empêcher les manifestants d'entrer dans le bâtiment. A rappeler que plusieurs de ces travailleurs sont des haïtiens qui sont partis travailler dans les « bateys » dominicains.