Samedi 28 Mars, 2020

Les prisonniers du Pénitencier écrivent une lettre à Jovenel Moise

Image d'une prison en Haïti. Photo: Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Image d'une prison en Haïti. Photo: Leonora Baumann / UN / MINUJUSTH, 2018

Les prisonniers du Pénitencier National ont adressé une lettre à Jovenel Moïse lui demandant d’intervenir en urgence sur leurs mauvaises conditions d’incarcération. Ils demandent spécialement au président de la République de se pencher sur les dossiers des détentions préventives de la prison où plus de 4,000 détenus croupissent dans les cellules actuellement sans être jugés.  

C’est la deuxième lettre de ces prisonniers au président selon. « Nous avions gardé espoir depuis notre première correspondance en espérant que vous alliez demander à votre équipe d’intervenir en notre faveur » selon ce qui est mentionné dans la lettre signée par une dizaine de prisonniers.

Les détenus ont cité plusieurs faiblesses constatées dans le système judiciaire. « Plusieurs de nos codétenus ont déjà purgé leur peine, mais sont encore incarcérés depuis plusieurs années. En plus, plusieurs d’entre nous ont été injustement emprisonnés. Ce qui est une pratique illégale et arbitraire des policiers haïtiens » poursuit la lettre.

Plusieurs de ces détenus qui nourrissaient l’espoir d’être libérés par le président à la fin de l’année dernière ont fait savoir leur déception à ce dernier qui n’a pas intercédé en leur faveur. « Certains d’entre nous sont des pères de famille comme vous qui croupissent injustement dans ces cellules alors que plusieurs autorités citées dans le scandale PetroCaribe circulent en toute quiétude sans être inquiétées par la justice », se plaignent les prisonniers.

La sous-secrétaire aux opérations de maintien de la paix des Nations-Unies, Bintou Keita, qui a rendu visite à la prison de Jérémie le mois dernier s’est dite « choquée » par les conditions d’incarcération des prisonniers. Dans un article publié sur son site Internet, la MINUJUSTH a fait savoir que selon les standards minimaux l’espace vital d’une cellule doit mesurer 4,5m2. Cependant en Haïti, « cet espace se limite à 0,5 m2 selon l’étude World Prison (2016) » mentionne l’article ». 

* La lettre étant en créole, les traductions sont de LoopHaiti. 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :