Lundi 1 Juin, 2020

Des politiciens réagissent à la disparition de Vladjimir Legagneur

Le PhotoJournaliste Vladjimir Legagneur

Le PhotoJournaliste Vladjimir Legagneur

Plusieurs parlementaires et hommes politiques haïtiens ont élevé la voix pour montrer leur solidarité après la disparition du photojournaliste Vladjimir Legagneur dans l’exercice de son métier à Martissant mercredi 14 mars dernier.

C’est le cas du député de la 3e circonscription de Port-au-Prince qui se dit étonné de la disparition. « Le journaliste n’est pas un ennemi », argumente Printemps Belizaire. « C’est un travailleur utile au service de la nation. Je condamne vigoureusement toute forme de violence », a-t-il déclaré tout en demandant à l’appareil judiciaire de mettre tout en œuvre pour retrouver Vladjimir Legagneur.

De son côté le Sénateur Jean Renel Senatus dit qu’il est « inconcevable » qu’un journaliste disparaisse de la sorte. L’élu du département de l’Ouest dit avoir déjà écrit une lettre au président de la chambre haute pour solliciter une rencontre avec les membres du CSPN sur le dossier Vldjimir Legagneur.

Pour sa part l’ancien candidat à la présidence André Michel affiche sa consternation. L’homme de loi avoue qu’il a déjà parlé avec des représentants de « bases » dans plusieurs quartiers populaires pour recueillir des informations autour de la disparition du journaliste. « Le journaliste Legagneur est très dynamique et fougueux », confie l’avocat André Michel. C’est par son dévouement et sa bravoure qu’il s’est rendu dans un quartier réputé dangereux pour réaliser son reportage », a soutenu l’avocat.

De plus, dans une rencontre avec la presse hier, le sénateur Nenel Cassy a lui exprimé sa tristesse. L’élu des Nippes demande à la justice haïtienne d’ouvrir une enquête pour retrouver « ce travailleur de la presse ».

La PNH n’a jusqu’à aujourd’hui communiqué aucune information concrète sur le dossier. Dans une entrevue accordée au Nouvelliste, le directeur de l’institution Michel Ange Gédéon promet de « pacifier » Grand-Ravine. « La police commence à avoir des données précises sur la disparition du photojournaliste. (…) Ce qui est sûr, la thèse de l’enlèvement a été écartée parce qu’il n’y pas eu de demande de rançon », a déclaré M. Gédéon.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :