Samedi 28 Mars, 2020

Des membres de l’opposition recadrent le président de la BID

Les récentes déclarations du président de la Banque Interaméricaine de Développement en Haïti, Luis Alberto Moreno continuent de susciter des remous au sein de la classe politique.

Plusieurs membres de l’opposition ont fustigé les propos du patron de la BID qui estime qu’il est temps que l’opposition monte à bord de la caravane et lance les pourparlers avec Jovenel Moise.

Moise Jean-Charles rejette ses déclarations d’un revers de main. « La BID est très mal placée pour faire la leçon aux haïtiens » raconte l’ancien parlementaire. Luis Alberto Moreno a parlé sur un ton colonialiste avec lequel nous sommes habitués depuis 200 ans poursuit-il.  Pour lui aucun dialogue n’est possible entre l’opposition et le président.

De son côté, l’ancien candidat au Sénat Shiller Louidor a qualifié ces déclarations de pur chantage. « La caravane Chanjman n’est qu’un moyen pour Jovenel Moise de dilapider les fonds publics » selon lui. Shiller Louidor a même révélé qu’une somme de 20 millions de gourdes est attribuée au président chaque week-end comme per diem au nom de la caravane.   

Le leader du parti UNIR, Clarens Renoit regrette ces propos qui, selon lui,  ne relèvent pas des fonctions de M. Moreno. « Ces déclarations sont d’une ingérence intolérable et inacceptable. M. Moreno semble oublier les principes de son institution et devrait se questionner plutôt sur la transparence de cette caravane  » martèle Clarens Renoit.      

Lors d’une visite des réalisations du gouvernement dans le sud le 20 octobre dernier, M. Moreno avait fermement déclaré qu’il était temps que « l’opposition monte à bord de la caravane ». Une manière d’offrir son soutien au président de la république.

Hadson A. Albert

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :