Dimanche 20 Octobre, 2019

Les Maires de Petit-Goâve divisés après la fermeture de la mairie

Les maires de Petit-Goâve divisés après la fermeture de la mairie

Les maires de Petit-Goâve divisés après la fermeture de la mairie

Le 2 juillet dernier, le maire de Petit-Goâve, Jean Samson Limongy, a réuni la presse pour annoncer la fermeture de la mairie à cause du manque de moyens financiers. L’institution n’arrive pas à payer ses employés depuis 14 mois, selon M. Limongy. Il pointe du doigt l’administration centrale qui, selon lui, retient les fonds communaux au niveau du Ministère de l’Intérieur.

Mais à écouter le maire assesseur, Délor Desgranges, la situation est toute autre que ce qu'avance Jean Samuel Limongy. Contacté par la rédaction de Loop Haïti, l’adjoint a fait savoir que le maire principal a pris la décision de fermer les portes de la mairie à son insu.

« Le conseil municipal n’a pas été mis au courant de la tenue de la conférence de presse bien qu’il comptait procéder à une éventuelle fermeture de la mairie », a rapporté M. Desgranges. Le maire assesseur met en cause la mauvaise gestion du maire principal qui a embauché un nombre d’employés dépassant le budget de la mairie.

« Au commencement de notre mandat, le budget était de 2 millions de gourdes pour 88 employés. Nous avons, malgré cela, révoqué 50 d’entre eux afin de soulager notre payroll », révèle le maire assesseur. Cependant, le maire principal a fait passer le nombre d’employés à 144 employés.

Selon Délor Desgranges, le maire principal a entretenu une mauvaise relation avec les contribuables de Petit-Goâve. De ce fait, ces derniers ne veulent pas plus payer les impôts. Ce qui a amplifié une disette au sein de l’institution.

Le maire assesseur ne croit pas que les fonds du Ministère de l’Intérieur suffiraient à résoudre la crise que traverse la mairie. « Toutes les autres mairies arrivent à fonctionner sans le financement de ces fonds. Ici, on parle de 14 mois de salaire pour au moins 144 employés », lance le maire qui se montre pessimiste.

Il ne compte pas protester la décision du maire principal, car c’est ce dernier qui logeait la mairie (chez lui). « Je me suis toujours exprimé contre cette situation, car la mairie ne peut être sous l’emprise d’un individu », a expliqué Délor Desgranges.

   

  

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :