Mardi 22 Octobre, 2019

Les Haïtiens ne pourront plus attendre leur green card aux Etats-Unis

© RS Des femmes et des hommes originaires d'Haïti/ Photo: Martinique 1e

© RS Des femmes et des hommes originaires d'Haïti/ Photo: Martinique 1e

Les Haïtiens ne pourront plus attendre leur carte verte sur le sol américain, informe le Miami Herald. L’administration Trump a mis fin le 2 août 2019 au programme qui leur permettait, une fois éligibles pour ledit sésame, de rester aux Etats-Unis en attendant sa sortie.

La Green card ou la carte verte, est un document permettant aux immigrants de tous les pays, de résider et d’avoir un emploi de manière permanente aux Etats-Unis d’Amérique. Une fois qu’un individu était éligible pour la carte, il lui était permis, grâce à un programme de réunion familiale datant d'Obama, de l’attendre sur le territoire américain, pendant une période deux ans.

C’est fini. Selon le Miami Herald, les Haïtiens en attente de la précieuse carte devront désormais rester chez eux en Haïti jusqu’à ce le document soit prêt. Une décision vivement critiquée par les défenseurs des droits des immigrants aux Etats-Unis d'Amérique.

Ce n’est pas le bon moment pour supprimer cette protection accordée aux familles haïtiennes, estime un membre de Family Action Network, un mouvement défenseur du programme. « Le moment est malvenu », fait savoir la dame citée par le journal américain. Elle souligne qu’Haïti vit l’un des pires moments de son histoire.

Même son de cloche du côté du Center for American Progress. Un membre de ce groupe de défenseurs des immigrants basé à Washington déclare que couper ce programme qui permettait aux familles d'être réunies plus rapidement, est "anti-américain et inconcevable".

Par ailleurs, toujours d’après le Miami Herald, les services américains de citoyenneté et d’immigration autoriseront les Haïtiens à venir aux États-Unis pour attendre leur carte de résident permanent, uniquement sur une base individuelle et humanitaire. 

Très décriée certes, mais la fin de ce programme de réunion familiale est conforme à l'idée que se fait l'administration Trump quant à l'évolution de la situation en Haïti, à savoir que "les choses se sont "considérablement améliorées" depuis le tremblement de 2010. C'est ce que croit le directeur de Catholic Legal Services.

Rappelons que c'est sur cette même base - "les choses se sont améliorées"- que l'administration Trump avait décidé d'annoncer la fin du Temporary Protection Status (TPS) pour les Haïtiens. En interview avec Loop Haiti en avril 2018, l'ambassadeur des Etats-Unis à Port-au-Prince avait déclaré que c'était une décision "bien étudiée", même si quelques mois plus tard le programme allait être prolongé jusqu'en 2020.

 

Retour à la carte verte. Selon le Miami Herald, jusqu'au mois de juin 2019, plus de 8000 haïtiens ont reçu ce document et résident donc de manière manière permanente aux Etats-Unis. Pour le moment, il n'est pas possible de dire, avec la fin du programme de réunion familiale, combien de gens seront touchés.

Entre temps, en Haïti le président Jovenel Moïse peine à installer un nouveau Premier ministre depuis plus de quatre mois. L'opposition réclame son départ. Le pays n'a pas de budget national. Le climat d'insécurité s'en va grandissant. L'inflation a atteint la barre de 18 % et le dollar américain s'achète à plus de 90 gourdes.

Raoul Junior Lorfils

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :