Lundi 17 Décembre, 2018

Les haïtiennes doivent choisir entre allaiter le bébé ou travailler

iStock—Getty Images

iStock—Getty Images

Carolyn Lesorogol de l’Université de Washington vient de publier les résultats de sa recherche en Haïti intitulée : « Les déterminants économiques de l’allaitement en Haïti : les effets de la pauvreté, l’insécurité alimentaire et l’emploi sur l’allaitement au sein d’une population urbaine. »

Ses résultats sont alarmants. « Quand une femme a un enfant [en Haïti], elle fait souvent face au choix cornélien de rester à la maison avec l’enfant afin de l’allaiter, donc, abandonner sa vie professionnelle, ou, quitter l’enfant à la maison pour travailler sans pouvoir l’allaiter », découvre Lesorogol.

« Dans les deux cas, continue-t-elle, le revenu de la maison peut être tellement bas que l’insécurité alimentaire persiste (…). »

Pourtant, mentionne Lesorogol, « l’allaitement maternel est important en Haïti ou ailleurs pour ses effets sur la santé de l’enfant. Il confère plusieurs bénéfices en termes de nutrition, d’immunité aux maladies, et procure de la protection contre les pathogènes dangereux (…). »

« Dans notre recherche, informe la scientifique, on a trouvé que les mamans valorisent l’allaitement exclusif et veulent le faire, mais les barrières dont on a discuté dans l’article les empêche de le faire. »

Pour lire l'étude, [anglais], cliquez ICI. 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :