Dimanche 13 Octobre, 2019

Les élèves de la 9e A.F. se rendent aux centres d'examens, malgré tout

Photo d'une élève en plein examen en 2017/ Estaïlove Sainval

Photo d'une élève en plein examen en 2017/ Estaïlove Sainval

En Haïti, plusieurs milliers d'élèves de la neuvième année fondamentale ont pris la route ce matin du 24 juin en vue de subir les épreuves d'Etat leur permettant de boucler leur année scolaire 2018-2019. Deux tests prévus pour cette première journée: la communication française pour ce matin et les sciences expérimentales (après-midi).

L'année scolaire 2018-2019 a été marquée par des tensions politiques, d'interruption des cours et même de la fermeture prématurée de certains établissement scolaires à travers le territoire national. Malgré tout, de nombreux écoliers sont sortis ce matin du 24 juin, dans la capitale comme dans d'autres villes de provinces pour subir les examens d'Etat. Nombre d'entre eux ont été accompagnés de leurs parents, ont constaté des collaborateurs de notre rédaction.

Le ministre de l'éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP), Pierre Josué Agénor Cadet, qui avait lancé un appel à protection des candidats la semaine dernière, a rendu visite à plusieurs centres d'examens de la capitale ce lundi, avons-nous appris. C'est le cas du centre situé au sein de l'institution Saint-Louis du Gonzague. 

Par ailleurs, dans certaines de Saint-Marc, des Gonaïves (Artibonite) et Petit-Goâve (Ouest), une situation de tension se profilait ce matin, ce qui avait, selon nos sources, semé le trouble dans le coeur de certains élèves et parents qui se sont abstenus de sortir. C'était aussi le cas dans certains quartier de Port-au-Prince, dont Trois Mains, Nazon, Carrefour de Drouillard entre autres.

De nombreux doutes planaient sur la tenue des examens cette année. Des acteurs de l'opposition menaçaient de poursuivre leurs mouvements de mobilisation antigouvernemental cette semaine et de perturber les épreuves en vue d'exiger le chef d'Etat, Jovenel Moïse, à quitter le pouvoir. De nombreuses voix ont par contre exprimé leur désaccord par rapport à cette attitude.

Sur Twitter, le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, entre autres, avait demandé à la police ce week-end de sévir avec la dernière rigueur contre tous ceux qui tenteraient de troubler l'ordre public cette semaine. La police nationale d'Haïti, de son côté, a annoncé avoir pris toutes les mesures en vue d'assurer la sécurité des candidats.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :