Lundi 11 Novembre, 2019

Les écoles congréganistes fermées en attendant une sortie de crise

Des Soeurs religieuses Catholiques, participant a la marche pacifique organisée à Port-au-Prince.

Des Soeurs religieuses Catholiques, participant a la marche pacifique organisée à Port-au-Prince.

La Conférence haïtienne des religieux.se.s annonce la fermeture temporaire des portes de leurs écoles à travers tout le pays. Une décision qui a été prise en raison de la crise politique qui affecte tous les secteurs d’activité, dont celui de l'éducation. Ces établissements scolaires resteront fermés jusqu’à ce qu’un dénouement soit trouvé dans les meilleurs délais.

C’est le révérend Père Firto Régis, membre de la Conférence haïtienne des religieux.se.s, qui a annoncé la nouvelle lors de sa participation à l’émission « Haïti, Sa k ap kwit ? » sur Télé 20. « Avec beaucoup d’amertume, nous constatons que les écoles ne fonctionnent pas. Nous constatons aussi que rien n’est fait pour garantir le fonctionnement des écoles », a déploré le religieux, qui souligne que c’est toute la société, les écoliers en particuliers qui subissent les conséquences de la crise.

Face à l’aggravation de la situation socio politique du pays, le révérend Père Firto Régis estime qu’il sera difficile de rattraper les jours perdus depuis l’année dernière. L’éducateur évoque aussi l’incertitude qui plane autour de la reprise des activités scolaires cette année. « Pour le moment, on ne peut faire aucune projection », a-t-il dit au journal Le Nouvelliste.

Parallèlement, le représentant de la Conférence haïtienne des Religieux, qui regroupe 98 communautés, exprime ses préoccupations par rapport à la santé mentale des parents, des enseignants et des écoliers qui, souligne-t-il, se détériore avec la dégradation des conditions environnementales. Pour Firto Régis, cette réalité ne fait qu’aggraver le système éducatif haïtien.

Fort de toutes ces considérations, l’homme de Dieu souligne que les conditions ne sont pas réunies et annonce la fermeture de leurs établissements scolaires (les écoles congréganistes), en attendant un dénouement à la crise. Il fustige en ce sens l’attitude du ministre de l’Éducation, Pierre Josué Agénor Cadet, qui appelle à la reprise des activités scolaires en dépit du contexte politique actuel. « C’est cynique de demander aux parents de gagner les rues en exposant leurs enfants. C’est du cynisme politique », a-t-il dit, soulignant que la crise politique actuelle est inédite dans toute l’histoire d’Haïti.

Rappelons que les religieux ont organisé ce mardi 22 octobre 2019, une marche pacifique à Port-au-Prince, pour interpeller les consciences et demander aux autorités haïtiennes de "tirer les conséquences" de leurs "inconséquences". Dans ce mouvement populaire qui a rassemblé des milliers de gens dont des militants de l’opposition, les frères et sœurs catholiques ont invité le président Jovenel Moïse à prendre une décision de sagesse, pour débloquer la situation.

La marche s’est achevée à la cathédrale de Port-au-Prince, où une messe a été chantée par l’Archevêque métropolitain, Max Leroy Mésidor.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :