Samedi 18 Août, 2018

Les dix femmes les plus influentes d’Haïti en 2017

Les dix femmes les plus influentes d'Haïti en 2017

Les dix femmes les plus influentes d'Haïti en 2017

Toute sélection est par définition arbitraire. Mais l’idée de choisir ne relève pas forcément de l’irrationalité. Toute l’année, au vu et au su de tout le monde, des actions ont été posées par un ensemble de femmes haïtiennes, sans aucun doute des sacrifices consentis. Toute proportion gardée, de la politique à la religion, de la musique à la science, du travail corporatif au football, nous avons regroupé les dix femmes les plus influentes d’Haïti en 2017. Cette liste, publiée par ordre alphabétique, reflète les choix de la rédaction de LoopHaiti.

Gaëlle Bien-Aimé : la briseuse de silence

Comédienne et ARTiviste, Gaëlle Bien-Aimé s’empare depuis quelque temps de son bâton de pèlerin pour dénoncer les comportements inappropriés des hommes qui s’arrogent le droit d’harceler, de violenter les femmes. Dans la campagne #PaFèSilans contre la violence faite aux femmes, lancée par LoopHaïti en octobre dernier, elle était la première à venir témoigner de ce qu’elle a subi auprès des hommes qui l’ont agressée et harcelée. Cette briseuse de silence fait souvent référence aux noms de ces porcs dans ses spectacles. Aujourd’hui, elle travaille avec ténacité pour l’ouverture d’une Ecole de formation d’acteurs et d’animateurs en février 2018. Elle retient notre attention pour sa lutte contre la violence, son engagement dans l’éducation artistique des filles et fils du pays, enfin pour avoir dévoilé un secret de polichinelle.   

Dieudonne Luma Étienne : la seule femme au sénat

Le 10 janvier dernier, Dieudonne Luma Etienne devenait la seule femme au sénat de la 50e législature. Depuis, celle qui siège aux cotés de 28 autres pères conscrits males est élue première secrétaire du bureau du Sénat.

Née à Sainte Suzanne le 26 octobre 1972, cette femme est reconnue et appréciée dans le département du Nord pour son dynamisme et sa détermination dans l’avancement du secteur touristique. Ancienne finaliste du concours Digicel Entrepreneur de l’Année 2011, elle a beaucoup travaillé à la mise en place de la plateforme « Femmes Entrepreneures Nord», une organisation d’entrepreneures basée à Cap-Haïtien.

Dieudonne Luma Etienne est également une ancienne directrice de l’ATH (Association Touristique d’Haïti)-Nord. Elle est reconnue pour son engagement dans la lutte pour la redynamisation touristique du pays, particulièrement dans le Nord.

Marie Yolène Gilles : celle qui suit ses convictions

Avril dernier, un vent de corruption a secoué la plus importante institution de Défense des Droits Humains dans le pays. Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) est accusé de corruption pour avoir reçu un chèque de un million cinq cent mille gourdes (1 500 000 gourdes) émis par le Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD). A cet effet, Marie Yolène Gilles a claqué la porte de l’institution. La directrice de programme estime qu’« une institution qui fait de la moralité et de l’éthique son cheval de bataille doit être au-dessus de tout soupçon ». Pour son engagement continu dans la lutte contre la corruption, pour ce modèle de courage offert à toute une communauté, elle mérite sa place dans notre classement.

Rutshelle Guillaume : la voix insoumise

Artiste peu prolifique, entre 2014 et 2017 elle ne nous a gratifiés que de deux albums studio : Emotions (2014) et Rebelle (2017). Peu importe. La chanteuse continue de souffler, avec passion, détermination et insoumission, les joies multifacettes de la musique haïtienne. De Port-au-Prince à Bamako, de Paris à Brasilia… son succès foudroyant ne saurait laisser indifférent. Parce qu’elle ne se laisse pas assommer par les aléas de la vie, parce que sa musique n’incite pas à la violence et à des exactions, pour son engagement social (Chanson : Kenbe liv ou, 2014), Rutshelle Guillaume demeure une des femmes les plus influentes d’Haïti.

Guetty Felin : la caméra vivante

Grace à Guetty Felin, Haïti sera bel et bien représentée pour la première fois à la cérémonie des Oscars 2018 en janvier prochain. Le long-métrage de fiction « Ayiti mon amour » a séduit le comité de sélection en octobre dernier. Tourné entièrement à Jacmel par la réalisatrice, il a déjà obtenu les prix du meilleur long-métrage de fiction au « Blackstar Film Festival » et celui de la meilleure cinématographie au « Festival Internacional de Cine America ». Rappelons qu’au mois de mai dernier la première édition du Festival Nouvelles Vues Haïti lui a offerte carte blanche. Elle est classée pour sa contribution au rayonnement de l’image d’Haïti dans le domaine cinématographique à travers le monde et pour ses influences positives sur les jeunes cinéastes.   

Sélection Féminine U-17 : les championnes

Championne de la Coupe Caraïbe Féminine U-17 face aux Bermudes, les grenadières ont marché sur l’eau cette année. A présent, elles se préparent pour la 3e phase éliminatoire de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF) qui se jouera au Nicaragua en avril 2018. Deux matchs sont programmés pour les 13 et le 15 décembre courant contre l’équipe américaine à Bradenton en Floride. Elles sont classées pour leur formidable exploit.

Katie-Flore Fils-Aimé : l’engagée

Économiste de formation et ancienne présidente du groupe Echo, Katie-Flore Fils-Aimé est une jeune femme dynamique originaire de Cap-Haïtien. Ancienne élève de Saint-Joseph de Cluny, elle rentre à Port-au-Prince après ses études classiques pour se diriger vers la Faculté des sciences (FDS) et le Centre de techniques de planification et d’économie appliquée (CTPEA). Sous son règne, le groupe Echo (fondé en 2010 par des étudiants du CTPEA) a mis en circulation l’émission de radio « Woumble devlopman » pour aider le public à se familiariser avec les concepts de développement.

En 2016, le groupe a réalisé deux grandes activités : « Haïti Hackfest » et « ELAN Haïti 2016 », deux initiatives visant à aider les jeunes à mettre en vigueur leurs capacités. Pour sa foi inébranlable dans le progrès d’Haïti, pour son engagement, Katie-Flore Fils-Aimé inspire des milliers de jeunes filles et femmes du pays.  

Martine Moïse : l’infatigable première dame

Première Dame de la République depuis le 7 février dernier, Marie Étienne Martine Joseph Moïse fait figure de représentante de toutes les femmes haïtiennes. Née le 5 juin 1974, l’ancienne étudiante en interprétariat à l’Université Quisqueya veut jouer un rôle primordial dans les domaines de la santé et de la petite enfance dans son pays. En septembre dernier, elle a lancé le programme « Konte m, mwen konte » visant à attribuer un numéro d’identification à chaque individu. Le même mois, elle devient la présidente du Mécanisme de coordination du fonds mondial (MCFM), organisme crée par l’ONU à vocation de financement des programmes de lutte contre certaines maladies notamment le Sida.

Raquel Pélissier : l’ambassadrice d’Haiti

Mannequin, Raquel Pélissier est née le 21 août 1991 à Port-au-Prince. Diplômée en optométrie à l'université Complutense, elle est élue première dauphine au concours « Miss Universe 2016 », dont la finale a lieu le 29 janvier à Manille (Philippines).

Après son sacre, le Président de la République Jovenel Moise, a salué sa prouesse : « Je salue la brillante participation de notre compatriote Raquel Pélissier au concours Miss Univers. Haïti est fière de sa performance. »

Année florissante pour Raquel Pelissier : nomination le 9 février comme Ambassadrice de bonne volonté des affaires culturelles et touristiques d’Haïti par le Président de la République, signature à la 23e édition de la foire Livres en folie de l’ouvrage « L’Art d’être belle dans sa peau », publié à compte d’auteur. Elle représente un modèle de ténacité et de réussite.

Christine Souffrant : le leadership au féminin

Récipiendaire de la prestigieuse bourse du millénaire de la Fondation Gates, Christine Souffrant, Haïtienne d’origine, entrepreneure aux deux pieds bien plantés dans le numérique, a été classée en 2016 par le magazine économique Forbes parmi les 30 jeunes femmes les plus influentes dans le monde en matière de sport, d’e-commerce, de mode et d’entrepreneuriat social.

Fondatrice de « Vendedy », une plateforme commerciale en ligne dédiée à la vente aux enchères d'œuvres artisanales, Christine Souffrant est l’instigatrice « d’Haïti Tech Summit », un grand sommet international dédié à l’entrepreneuriat et la technologie réalisé en Haïti les 6 et 7 juin dernier.