Dimanche 22 Septembre, 2019

5 chansons cultes du chanteur planétaire Bob Marley

Credit photo : BBC

Credit photo : BBC

Jeudi 11 mai ramenait la célébration de la mort d’une légende du reggae : Bob Marley. Découvrez ce chanteur jamaïcain au succès planétaire à travers cinq chansons cultes qu’il a composés et laissés en héritage à l’humanité.

BIC, lors d’un concert musical donné jeudi 11 mai à l’IFH plein à craquer, déposait un bouquet d’hommages aux pieds de Bob Marley, guitariste et chanteur au succès planétaire, légende du reggae qu’il a popularisé et emmené hors des frontières de son pays : Jamaïque.  11 mai 1981-11 mai 2017 : cela fait 36 ans depuis que le pape du mouvement rastafari est  parti. Mais la légende continue de hanter les esprits : cinq de ses chansons continuent de flâner dans les mémoires.

  • « Simmer down » (1964)

A l’été 1964, Bob Marley, après l’échec de son premier disque Judge not, qu’il enregistre seul alors qu’il n’avait que 16 ans, enregistre ce titre avec les « Wailers » (en français pleurnichards), groupe qu’il a formé. Dès sa sortie, « Simmer down » est vite devenu un succès en Jamaïque.

  • « One love » (1965)

Cette musique est composée en 1965 et est considéré comme un hymne à la tolérance. Ayant toujours mal vécu le fait d'être métis, Bob Marley se tourne vers le rastafarisme, qui s'est développé avec le couronnement de Hailé Sélassié Ier dans les années 30 en Ethiopie. Les rastas voient en lui une réincarnation du Christ. Bob Marley se met alors à porter les dreadlocks et compose en 1965 One Love dont la version lente de 1977 est la plus connue.

  • « No woman no cry » (1974)

D'abord composée comme un gospel au piano, la chanson sort en octobre 1974 sur l'album Natty Dread et sera popularisée par l'enregistrement du concert au Lyceum Theatre de Londres, le 5 décembre 1975. Cette chanson, longtemps mal traduite par « Pas de femmes, pas de larmes », parle du ghetto de Trenchtwon d’où est originaire le chanteur.

  • « Jamming » (1977)

1978 : Jamaïque est secouée par la terreur. Entre-temps, les Wailers continuent de compter leur succès, pendant que Bob comptait ses jours : c’est que des médecins diagnostiquaient un cancer au pape du reggae. Le pays avait besoin de ce souffle de paix et d’amour que Bob a rendu dans la chanson Jamming, joué aux côtés d’Edward Seaga et Michael Seaga lors d’un grand concert donné à Jamaïque.

  • « Redemption song » (1980)

Redemption song est le dernier morceau enregistré par son groupe les Wailers du vivant de Bob. Il reste l’une des références du richissime répertoire de cette grande voix rauque et chaude comme les cordes de sa guitare qu’il a  su traîner sur toutes les scènes du monde.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :