Mardi 15 Octobre, 2019

"Les bandits ne seront pas au repos" tant qu’ils ne sont pas arrêtés

Michel-Ange Gédéon, Directeur Général de la PNH./Photo: Haitinews.

Michel-Ange Gédéon, Directeur Général de la PNH./Photo: Haitinews.

Le Directeur Général de la Police Nationale, intervenant sur l’opération menée hier jeudi 4 avril à Marchand Dessalines dans le but de capturer le présumé chef de gang Arnel, a affirmé que « les bandits ne seront pas au repos tant qu’ils ne sont appréhendés ».

Le numéro 1 de la Police National d’Haïti affirme que l’institution qu’il dirige est plus que jamais déterminée à traquer tous les bandits qui sèment les troubles dans plusieurs endroits de la capitale, précisant que ce n'est pas uniquement le cas d'Arnel qui préoccupe les autorités policières. Michel-Ange Gédéon promet de les « mettre hors d’état de nuire » et de créer un climat de paix dans le pays. Hier jeudi 4 avril, de nombreuses unités spécialisées, ainsi que des soldats onusiens, s’étaient déployées à Marchand Dessalines où le présumé chef de gang Arnel Joseph et sa troupe avait trouvé refuge.

Cette opération s’est soldée par un échec. Bilan lourd : un policier mort par balles dans les échanges de tirs entre les agents des forces de l’ordre et la bande à Arnel. Échanges qui ont duré plus que quarante minutes, selon les propos tenus par le correspondant de radio Caraïbes dans la commune de Marchand, Frantz Augustin. La police, impuissante, a pris la fuite face à cette flotte d’hommes armés jusqu’aux dents, défilant en taxi motos. Deux véhicules de la PNH, pneus dégonflés au moment des rafales, ont été récupérées par Arnel, selon les informations recueillies par l’équipe du Jounal Premye Okazyon.

Selon ce qu’a rapporté Frantz Augustin, la population de Marchand assimile cette opération de la PNH à de la « démagogie ». Objet d’un avis de recherche, ce « bandit » débarqué en vedette dans le département de l’Artibonite, circulait pourtant dans les rues de Port-au-Prince, prenait part à la 7e journée de manifestations « Pays lock » déroulées dans la capitale, rappellent les habitants.

Michel-Ange Gédéon s’est dit conscient des dommages collatéraux qu’a causés cette énième tentative d'appréhender cet homme déjà arrêté en 2011 mais relâché par la suite par un ancien parlemantaire. Revenant sur les évènements de novembre 2017 produits à Grand-Ravine, il précise qu’une intervention mal planifiée peu tourner au fiasco. Celle de Marchand s'est avérée complexe, a-t-il dit.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :