Mercredi 22 Novembre, 2017

Les autorités chiliennes répondent aux critiques de Wilfrid Gelin

Wilfrid Gelin, Sénateur de la République

Wilfrid Gelin, Sénateur de la République

Le sénateur Wilfrid Gelin s’est rendu récemment au Chili. Pendant 5 jours, le parlementaire haïtien s’est frotté à la réalité sur place, investigué et entrepris des discussions avec quelques-uns des 80 000 compatriotes accueillis au Chili. Il devra bientôt produire un rapport sur son excursion. Mais avant, le sénateur n’a pas caché ses premières conclusions : « Ici, ils [les haïtiens] ne seront pas en mesure de trouver ce qu'ils cherchaient », déclarait Wilfrid Gelin après sa visite au Chili.

Mais plus encore, Wilfrid Gelin estime que le Chili « n'améliore définitivement pas la qualité de vie des Haïtiens ». Il s’insurge contre les délais exigés pour l'obtention des visas qui « compliquent la possibilité de trouver un travail et un logement. »

Dans ce pays à forte concentration d’haïtiens, ces propos n’ont pas laissé indifférents. Relayés, repris et commentés dans les médias,  les remontrances du sénateur haïtien sont désormais adressées par plusieurs autorités du Chili.

 Le président de la Commission qui traite le projet de loi sur les migrations, le député Marcelo Chávez (DC), souligne que le ministère des Affaires étrangères détient peu d'informations sur les conditions réelles des migrants au Chili. « La question est en train d'être adressée avec le ministère des Affaires étrangères pour savoir s’ils sont en train de faire quelque chose ou pas. Si des actions sont menées, il semble que cela se passe très mal. »

Ramón Farías adjoint (PPD) du même comité, a convenu que le problème serait en partie lié à la désinformation. Il somme Haïti à jouer un rôle plus actif : « Il (le sénateur Gelin) devrait se préoccuper, par exemple, des mafias qui en Haïti trafiquent des gens au Chili ».

De son côté, le député Paulina Núñez approuve la vision du sénateur haïtien: «Voyager au Chili n'améliore plus la qualité de vie des Haïtiens».

Le chef du département des étrangers et de la migration au Ministère de l’Intérieur du Chili, Gabriela Cabellos, a quant à lui déclaré que bien qu'ils aient connu une augmentation constante des demandes de résidence, « nous continuons à faire le maximum d'efforts pour répondre dans un délai raisonnable. »